Imprimer
Catégorie : Articles

 

Philippe Zwang

Professeur agrégé d’Histoire. Outre d’innombrables articles (revues Historiens & géographes, L’éducation musicale…), a notamment publié, Guide pratique des cantates de Bach (L’Harmattan), De la Russie de Catherine II à la Russie d’aujourd’hui, La France de 1848 à nos jours, Les 100 dates de l’Histoire de France (Ellipses), Jeanne d’Arc et son temps (Casterman), Jean-Sébastien Bach (Champion)…

Massenet dans son temps

Essai de chronologie

Les mélodies - plus de 280 - ont été volontairement omises (sauf deux exceptions).

Les œuvres sont indiquées en gras à leur première occurrence.

Seuls quelques-uns des très nombreux déplacements de Massenet ont été mentionnés.

Bibliographie sommaire

André COQUIS, Jules Massenet, Paris, Seghers, 1965

Pierre BESSAND-MASSENET, Massenet, Paris, Julliard, 1979. L’auteur (1899-1985) est le dernier et le dernier survivant des trois petits-enfants du compositeur.

« La présence de Massenet à Saint-Étienne », Bulletin du vieux Saint-Étienne, n° 167-168, 3e4e trimestres 1992.

MASSENET, Mes souvenirs, nouvelle édition commentée par Gérard Condé, Paris, Éditions Plume, 1992.  Cet ouvrage, très inexact, est heureusement « recadré » par Gérard Condé.

Brigitte OLIVIER, J. Massenet. Itinéraires pour un théâtre musical, Arles, Actes Sud, 1996.

Anne MASSENET, Jules Massenet en toutes lettres, Paris, Éditions de Fallois, 2001.

L’auteur, descendante directe d’un demi-frère du compositeur, a été adoptée par Pierre Bessand-Massenet et a hérité du domaine d’Égreville et de tout ce qu’il contenait. Son ouvrage, bien maladroit et confus, reprend celui de son père adoptif et le complète par des extraits d’archives familiales inédites, en particulier des lettres du musicien. En attendant une hypothétique édition de la correspondance de Massenet, cet ouvrage est indispensable.

Catalogue des Œuvres de J. Massenet, édité par l’Association Massenet, 1er trimestre 2006 ; il a été réédité (et corrigé ?) en 2009, mais je n’ai pu consulter cette seconde version. Il s’agit d’un travail d’amateurs, maladroit et incomplet sur bien des plans, mais qui a du moins le mérite d’exister. Le site officiel Internet  www . associationmassenet  -internationale.fr  de cette association est tout aussi maladroit.

Jacques BONNAURE, Massenet, Arles, Actes Sud, 2011.

Christophe GHRISTI et Mathias AUCLAIR (dir.), La Belle Époque de Massenet, catalogue de l’exposition tenue à la Bibliothèque-musée de l’Opéra, 14 décembre 2011 – 13 mai 2012, Montreuil, Gourcuff Gradenigo, 2011. Le point sur l’essentiel (les ouvrages lyriques) dans une étude fort bien illustrée.

1842

18 mars. Naissance à Paris de Stéphane Mallarmé (1842-1898).

15 mars. Mort à Paris de Luigi Cherubini (1860-1842).

23 mars. Mort à Paris de Stendhal (Henri Beyle, 1783-1842).

12 mai. Naissance de Jules Massenet à Montaud, alors faubourg de Saint-Étienne

(Loire), dans une belle maison, La Terrasse, quatrième et dernier enfant d’Alexis Massenet (1788-1863), maître de forges, et de sa seconde épouse, Adélaïde Massenet, née Royer de Marancour (1809-1875). Son père avait déjà eu huit enfants de son premier mariage.

8 mai. Premier grave accident de chemin de fer français, à Meudon, sur la Ligne ParisVersailles rive gauche : 57 morts, parmi lesquels l’explorateur Dumont d’Urville, plus de 300 blessés.

11 juin. Loi sur les chemins de fer en France : réseau en étoile centré sur Paris ; l’État se charge des infrastructures ; des compagnies privées exploitent les lignes.

9 septembre. L’amiral Dupetit-Thouars impose à la reine Pomare IV le protectorat français sur Tahiti.

Balzac : La Femme de trente ans. Ingres : L’Odalisque à l’esclave.

1843

7 mars. Création à la Comédie-Française des Burgraves de Victor Hugo.

16 mai. Le duc d’Aumale s’empare de la smala d’Abd el-Kader.

4 septembre. Charles et Léopoldine Vacquerie (fille de Victor Hugo) se noient dans la Seine à Villequier.

Corot : Les Jardins de la villa d’Este.

1844

La famille Massenet s’installe à Saint-Étienne, 4, place Marengo. 21 février. Naissance à Lyon de Charles-Marie Widor (1844-1937).

29  mars. Naissance à La Nouvelle Orléans de Louis Varney (1844-1908).

30  mars. Naissance à Metz de Paul Verlaine (1844-1896).

Mars-juillet. Les Trois Mousquetaires de Dumas paraissent en feuilleton dans le journal Le Siècle.

1845

12 mai. Naissance à Pamiers (Ariège) de Fauré (1845-1924) Mérimée : Carmen.

Thiers : Histoire du Consulat et de l’Empire, 20 volumes publiés de 1845 à 1862.

1846

6 décembre. Création à l’Opéra-Comique de La Damnation de Faust de Berlioz sous la direction du compositeur.

Balzac : La Cousine Bette.

Michelet : Le Peuple.

Sand : La Mare au diable.

Urbain Le Verrier découvre la planète Neptune, ce qui enthousiasma Chopin.

1847

      Alexis Massenet cède ses parts des fabriques de Pont-Salomon (Haute-Loire) et de Montaud.

      Adélaïde Massenet et ses enfants s’installent à Paris ; Alexis n’y viendra qu’en 1851. Joseph-Gabriel Gaveau (1824-1903) fonde à Paris sa manufacture de pianos.

Adam : Minuits, chrétiens.

Balzac : Le Cousin Pons.

Lamartine : Histoire des Girondins.

1848

      La famille Massenet s’installe à Paris, rue de Beaune (VIIe arrondissement).

      24 février. Après trois jours de révolution à Paris, le roi Louis-Philippe Ier abdique tandis que se forme un gouvernement provisoire avec Lamartine, Ledru-Rollin, Blanc, Arago, etc. Selon Mes Souvenirs, Massenet reçoit sa première leçon de piano, par sa mère, excellente pianiste. C’est d’ailleurs sa mère qui fit son éducation musicale, jusqu’à son entrée au Conservatoire de Paris.

25 février. Lamartine et Ledru-Rollin proclament la république à l’hôtel de ville de Paris (la proclamation officielle aura lieu le 4 mai). Par un discours enflammé, Lamartine rejette le drapeau rouge brandi par la foule et fait conserver le drapeau tricolore : « Le drapeau rouge […] n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 1791 et 1793, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. »

1er mars. Proclamation du suffrage universel (masculin).

27 avril. Abolition de l’esclavage dans les colonies françaises grâce à Victor Schœlcher.

4 juillet. Mort à Paris de François-René de Chateaubriand (1768-1848).

10 décembre. Le prince Louis-Napoléon Bonaparte est élu président de la République ; c’est « l’immense quiproquo » selon Victor Hugo. Daumier : La République.

1849

1er janvier. La France émet son premier timbre poste, le « Cérès » à 20 centimes, noir.

16                avril. Création du Prophète de Meyerbeer à l’Opéra de Paris, avec, entre autres, Pauline Viardot (1821-1910 ; fille de Manuel Garcia – 1775-1832 ; célèbre ténor et compositeur -, elle était la sœur de Maria Malibran, 1808-1836).

17                octobre. Mort à Paris de Frédéric Chopin (1810-1849). Sand : La Petite Fadette.

1850

14  janvier. Naissance à Rochefort de Pierre Loti (1850-1923).

15  mars. Promulgation de la loi « Falloux » (il n’est alors plus ministre de l’Instruction publique) laissant une grande liberté à l’enseignement confessionnel, sauf dans le supérieur.

18 août. Mort à Paris d’Honoré de Balzac (1799-1850).

Eugène Rouher, Garde des Sceaux, met en place le casier judiciaire, créé en 1848, dans la juridiction du lieu de naissance.

1851

Massenet est élève au lycée Saint-Louis.

27 mars. Naissance à Paris de Vincent d’Indy (1851-1931).

14 août. Création au Théâtre du Palais-Royal, à Paris, d’Un Chapeau de paille d’Italie de Labiche.

9 octobre. Massenet échoue à l’examen d’admission au Conservatoire.

2 décembre. Coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte.

11 décembre. Victor Hugo s’exile.

1852

2 décembre. L’Empire ayant été rétabli par le sénatus-consulte du 7 novembre, LouisNapoléon Bonaparte devient Napoléon III, empereur des Français.

Gautier : Émaux et camées.

Hugo : Napoléon le Petit.

Leconte de Lisle : Poèmes antiques.

Au Bon Marché : premier grand magasin ouvert à Paris.

1853

10 janvier. Massenet est admis au Conservatoire de Paris, dans la classe de piano d’Adolphe Laurent (1796-1867) et dans la classe de solfège d’Augustin Savard (18141881). En parallèle, il continue ses études secondaires au lycée Saint-Louis.

23 juin. Georges Hausmann est nommé préfet de la Seine. Napoléon III le charge des grands travaux de Paris.

Louis de Niedermeyer (1802-1861) fonde à Paris une « École de Musique classique et religieuse ».

Gobineau : Essai sur l’inégalité des races humaines. Hugo : Les Châtiments.

1854

La santé d’Alexis Massenet oblige la famille à s’installer à Chambéry.

21 mai. Mistral et six autres poètes provençaux fondent le Félibrige pour promouvoir le provençal.

Octobre. Bouleversé d’avoir dû quitter le Conservatoire, Massenet tente de retourner à Paris, mais il est reconnu à Lyon par un ami de son père et ramené chez ses parents.

20 octobre. Naissance d’Arthur Rimbaud (1854-1891).

10 décembre. Création à Paris, salle Herz (sur l’emplacement de l’actuel n°48 de la rue de la Victoire, IXe arrondissement) de L’Enfance du Christ de Berlioz, sous la direction du compositeur.

23 décembre. Première en France, au Théâtre-Italien, à Paris, de l’opéra de Verdi Il Trovatore, créé à Rome, au Teatro Apollo le 19 janvier 1853. Verdi transforma son œuvre en « grand opéra » pour pouvoir être joué à l’Opéra de Paris ; la version en français – Le Trouvère - y fut alors créée le 12 janvier 1857.

Gérard de Nerval : Les Filles du feu.

Victor Baltard présente son projet définitif pour les Halles de Paris.

1855

Massenet est hébergé rue Rochechouart, à Paris, chez sa sœur Julie, femme du peintre Pierre-Paul Cavaillé (1827-1877).

26 janvier. Gérard de Nerval (Gérard Labrunie, 1808-1855) est retrouvé pendu à une grille, rue de la Vieille Lanterne, à Paris (rue disparue, qui se trouvait, à peu près, sur l’emplacement actuel du Théâtre de la Ville, près de la place du Châtelet, IVe arrondissement).

15 mai-15 novembre. Exposition universelle à Paris, la deuxième après celle de Londres en 1851, entre les Champs-Élysées, le cours la Reine et l’avenue Montaigne : palais de l’Industrie, palais des Beaux-arts, atlas des carrières de Paris… Le dernier jour, la remise des récompenses s’achève par un grand concert dirigé par Berlioz, lequel crée alors sa cantate L’Impériale H 129, écrite pour l’occasion.

13 juin. Création mondiale de l’opéra de Verdi Les Vêpres siciliennes, sur un livret en français d’Eugène Scribe et Charles Duveyrier, à l’Opéra de Paris.

Octobre. Massenet réintègre le Conservatoire de Paris.

Jacques Offenbach (1819-1880) fonde à Paris le Théâtre des Bouffes-Parisiens, 4, rue Monsigny, IIe arrondissement.

1856

23 février. Création de Manon Lescaut d’Auber à l’Opéra-Comique de Paris.

30 mars. Traité de Paris mettant fin à la guerre de Crimée (1853-1856).

Baudelaire : Histoires extraordinaires (traduction de l’œuvre d’Edgar Allan Poe). Hugo : Les Contemplations.

1857

9 avril. Création du Docteur miracle de Bizet au Théâtre des Bouffes-Parisiens.

2 mai. Mort à Paris d’Alfred de Musset (1810-1857).

Banville : Odes funambulesques.

Baudelaire : Les Fleurs du mal.

Féval : Le Bossu.

Flaubert : Madame Bovary.

Mérimée propose sa dictée à la cour impériale.

1858

Massenet donne ses premiers récitals de piano à Angers et à Tournai. 14 janvier. Attentat d’Orsini contre Napoléon III ; 12 morts, 156 blessés.

21 octobre. Création d’Orphée aux enfers d’Offenbach aux Bouffes-Parisiens.

Gautier : Le Roman de la momie. Millet : Angélus.

1859

      Massenet emménage au 5, rue de Ménilmontant (aujourd’hui rue Oberkampf, XIe arrondissement). Il obtient le Premier prix de piano avec le Concerto n°1 en fa mineur op. 5 de Ferdinand Hiller, dédié à Ignaz Moscheles ; il reçoit le Cours de contrepoint et fugue (1835) de Luigi Cherubini.

      Pour se faire quelque argent, joue du piano dans des cafés et tient la partie de timbales au Théâtre-Lyrique.

      Les Deux Boursiers, opérette perdue.

      19 mars. Massenet assiste et participe probablement comme timbalier à la création du Faust de Gounod au Théâtre Lyrique. L’œuvre marqua profondément Massenet.

4 avril. Création du Pardon de Ploërmel de Meyerbeer à l’Opéra-comique de Paris.

Octobre. Massenet est inscrit dans la classe de composition de François Bazin (18161878), avec lequel il ne s’entend pas : « Aucun espoir de talent » juge Bazin, et il se sépare de son élève. Massenet prend alors des cours particuliers avec Augustin Savard, son ancien professeur de solfège.

24 juin. Les Franco-Sardes battent les Autrichiens à Solferino (Lombardie) sur les Autrichiens. Affolé et atterré par les morts et le dénuement dans lequel sont laissés les blessés, le Genevois Henry Dunant (1828-1910), qui assista à la bataille, eut l’idée de ce qui deviendra la Croix rouge (1864).

Hugo : 1re série de La Légende des siècles.

Mistral : Mireille (Mirèio).

Manet : Le Buveur d’absinthe.

1860

      Massenet est admis dans la classe d’harmonie de Napoléon Henri Reber (1807-1880), et la classe d’orgue de François Benoist (1794-1878).

1er janvier. Après l’annexion des communes périphériques (loi du 16 juillet 1859), Paris compte désormais 20 arrondissements.

15-16 et 22-23 avril. À la suite du traité de Turin (24 mars), les populations concernées acceptent, par deux plébiscites à une très large majorité, que la France annexe le comté de

Nice (agrandi à l’ouest, avec la vallée du Var, il forme désormais le département des AlpesMaritimes ; le département du Var ne possède donc plus son cours d’eau éponyme) et le duché de Savoie (il forme les départements de la Savoie et de la Haute-Savoie).

      Juillet. Massenet obtient un premier accessit d’harmonie.

Jules Pasdeloup (1819-1887) fonde à Paris au Cirque Napoléon (futur Cirque d’Hiver) les « Concerts populaires ».

Le duc Charles de Morny (1811-1865, demi-frère de Napoléon III) crée la station de Deauville.

Baudelaire : Les Paradis artificiels.

Comtesse de Ségur : Mémoires d’un âne.

1861

      Massenet entre dans la classe de composition d’Ambroise Thomas ; il vit en donnant des leçons.

      Massenet publie sa première œuvre, la Grande Fantaisie de concert sur « le Pardon de Ploërmel » de Meyerbeer, une paraphrase pour piano.

13 mars. Après 164 répétitions, création de la version parisienne de Tannhäuser de Wagner à l’Opéra de Paris. Devant le chahut des membres du Jockey Club, le compositeur retire son œuvre après les représentations des 18 et 25 mars.

25 avril. Premier numéro du quotidien Le Temps (1861-1942) ; ses locaux, sa typographie et son format seront repris en 1944 par Le Monde.

Novembre. Massenet entre dans la classe de composition d’Ambroise Thomas (18111896).

Baudelaire : Richard Wagner et « Tannhäuser » à Paris. Banville : Revue fantaisiste.

1862

Mai. Massenet concourt pour le Prix de Rome, avec la cantate Louise de Mézières ; il obtient une mention honorable ; le premier prix est attribué à Albert BourgaultDucoudray (1840-1910). Par ailleurs, il obtient un Second prix de contrepoint et fugue.

29 août. Naissance à Gand (Belgique) de Maurice Maeterlinck (1862-1949).

Flaubert : Salammbô.

Hugo : Les Misérables. Michelet : La Sorcière.

1863

      1er janvier. Mort à Nice de son père Alexis Massenet (1788-1863).

      Première œuvre symphonique, Ouverture en sol.

      Massenet obtient le premier prix de contrepoint.

      4 juillet. Massenet obtient le prix de Rome avec la cantate David Rizzio ; Berlioz l’a appuyé : Ambroise Thomas, accompagné de Berlioz et d’Auber, rencontre Massenet dans la cour du Louvre et lui dit : « Embrassez Berlioz, vous lui devez beaucoup de votre prix » ; Auber marmonne : « Il ira loin ce gamin, quand il aura moins d’expérience ».

17 septembre. Mort à Paris d’Alfred de Vigny (1797-1863).

30 septembre. Création des Pêcheurs de perles de Bizet au Théâtre-Lyrique de Paris.

Novembre. Massenet poursuit ses études avec Ambroise Thomas.

4 novembre. Création des Troyens à Carthage de Berlioz, seconde partie des Troyens, au Théâtre-lyrique de Paris.

Fin décembre. Massenet part pour l’Italie ; il passe par Nice pour embrasser sa mère. Gautier : publication du Capitaine Fracasse (écrit en 1836).

Renan : La Vie de Jésus.

Verne : Cinq semaines en ballon.

Le jury du Salon de peinture et de sculpture ayant refusé les 3/5 des quelque 5 000 œuvres qui lui avait été adressées, l’empereur Napoléon III fit créer un Salon des refusés au Palais de l’industrie (sur l’emplacement actuel du Grand Palais) ; c’est en fait la modernité qui avait été rejetée : Manet (Le Bain, appelé plus tard Le Déjeuner sur l’herbe), Pissarro, Fantin-Latour… Manet : Olympia.

Le Louvre expose la Victoire de Samothrace.

1864

Massenet est pensionnaire de l’Académie de France à Rome, à la villa Médicis ; il y compose, ou du moins commence une Messe, un Requiem, écrit de la musique de chambre, de la musique symphonique. Il visite Naples, Pompéi, Capri… Comme tant d’autres, Massenet est séduit par l’Italie et la Méditerranée : il ne tarit pas d’éloges sur les Romains, les monuments de la Ville éternelle, les amis… À Rome, il rencontre Franz Liszt.

19 mars. Création de Mireille de Gounod au Théâtre lyrique de Paris.

Été. Massenet visite Naples avec deux autres pensionnaires, le peintre Chaplain et le sculpteur Falguière : « Vous ne sauriez croire combien j’ai été impressionné par les peintures de Pompéi et d’Herculanum » (lettre du 3 août à Ambroise Thomas).

25 mai. Loi Ollivier autorisant le droit de grève.

25 novembre. Publication du Voyage au centre de la terre de Jules Verne.

17 décembre. Création de La Belle Hélène d’Offenbach au Théâtre des Variétés à Paris.

Quintette à cordes.

1865

      Printemps. Liszt recommande Massenet à une jeune française désireuse de prendre des leçons de piano, Louise-Constance de Gressy, plus connue sous le nom de Ninon de Sainte-Marie (1841-1938) ; c’est le coup de foudre.

      1er avril. « Je voudrais que mon Requiem se ressente de cette belle école de Bach, de ce beau style lié […]. J’ai appris par cœur d’admirables préludes de Bach transcrits par Liszt » (lettre à Ambroise Thomas).

      11 mars. Massenet écrit à sa sœur Julie Cavaillé : « Nous sommes partis pour Ostie et Castel Turano dans un voiturin [voiture attelée louée et conduite par le loueur appelé aussi voiturin] à quatre chevaux – moi, Girard, le paysagiste de l’Académie (un bon ami), M. Orry de Sainte-Marie [peintre et céramiste, il est le demi-frère de Ninon], sa femme, sa mère et sa sœur qui est une ravissante jeune fille, excellente musicienne, pianiste aussi […] C’est avec elle que je fais depuis deux mois et demi beaucoup de musique à quatre mains. Nous avons lu ensemble toutes les symphonies de Mozart,

Haydn, Beethoven, Mendelssohn, voire Schumann. »

28 avril. Création posthume de l’Africaine de Meyerbeer à l’Opéra de Paris.

9 juin. Naissance à Paris d’Albéric Magnard (1865-1914).

      Octobre-novembre. Massenet séjourne à Venise ; il y termine ce qui sera sa Première Suite d’orchestre.

      17 décembre. Massenet quitte la Villa Médicis et rentre à Paris ; il s’installe 14, rue Taitbout (IXe arrondissement).

      Le Retour d’une caravane, marche pour orchestre.

      Trio pour piano, violon et violoncelle.

1866

      Pendant l’année, Massenet adresse de nombreuses lettres à madame de Sainte-Marie, destinées en fait à Ninon, mais l’usage obligeait à ce subterfuge. Les deux femmes sont lors installées à Saint-Leu, près de Montmorency ; Massenet y vient souvent.

      24 février. Première audition au casino de la rue Cadet de la suite symphonique Pompéia, écrite en Italie ; c’est le troisième envoi de Rome. L’œuvre est perdue, mais le compositeur en réutilisa des morceaux dans Les Érinnyes et Musique pour une pièce antique.

      Printemps. Massenet compose La Grand’Tante, commandée par l’Opéra-Comique grâce à l’intervention d’Ambroise Thomas auprès du directeur, Adolphe de Leuven.  Il se passionne pour Schumann et écrit son premier cycle de mélodies, le Poème d’Avril, sur des poésies d’Armand Silvestre. Il compose Noce flamande.

      Juillet. Création des poèmes symphoniques, Le Retour d’une caravane et Noce flamande.

      8 octobre. Massenet épouse Ninon (Louise Constance de Gressy) à Avon, près de

Fontainebleau. Le jeune couple s’installe à Paris, 51, rue Lafitte, chez la mère de Ninon, et se rend l’été à Fontainebleau, dans une maison appartenant à madame de Sainte-Marie.

27 octobre. L’éditeur Alphonse Lemerre publie le premier recueil du Parnasse contemporain – d’où le nom du mouvement littéraire parnassien - : quelque 200 poèmes signés par 37 poètes, dont Baudelaire, Mallarmé, Verlaine, Banville, etc.

31 octobre. Création de La Vie parisienne d’Offenbach au Théâtre du Palais-Royal, à Paris. 17 novembre. Création à l’Opéra-Comique de Mignon d’Ambroise Thomas ; après des débuts hésitants, l’œuvre connaît un succès considérable.

Clément : Le Temps des cerises (texte) ; la musique sera composée en 1868 par Antoine Renard.

Daudet : Les Lettres de mon moulin.

Hugo : Les Travailleurs de la mer.

Verlaine : Poèmes saturniens. Manet : Le Fifre.

1867

11                mars. Création mondiale de l’opéra de Verdi Don Carlos, sur un livret en français de Joseph Méry et Camille du Locle, à l’Opéra de Paris.

      24 mars. Création de la Première Suite d’orchestre, aux Concerts populaires de Jules Pasdeloup.

1er avril-3 novembre. Exposition universelle d’art et d’industrie à Paris, sur le Champ-de-Mars et l’île de Billancourt, dans une ville profondément transformée par les travaux d’Haussmann.

L’hymne officiel de l’exposition est dû à Rossini : Hymne à Napoléon III et à son vaillant peuple.

      3 avril. Création de La Grand’Tante, opéra comique en 1 acte sur un livret de Jules Adonis et Charles Grandvallet, à l’Opéra-Comique de Paris, avec la soprano belge Marie Heilbron (ca 1851-1886 ; future créatrice de Manon). Le matériel d’orchestre a brûlé lors de l’incendie de l’Opéra-Comique, le 25 mai 1887 ; Massenet ne l’a pas reconstitué.

12                avril. Création de La Grande Duchesse de Gérolstein d’Offenbach, au Théâtre des Variétés, à Paris.

27 avril. Création de Roméo et Juliette de Gounod au Théâtre lyrique de Paris.

      Dix Pièces de genre, pour piano.

      15 juin (très probablement de cette année). Massenet félicite Saint-Saëns récompensé à l’Exposition universelle pour sa cantate Les Noces de Prométhée, op. 19 : « Laissezmoi vous embrasser avec tout l’enthousiasme que me donne la joie de votre grand succès ».

      Août. Le ministère des Beaux-Arts ouvre trois concours de composition : opéra, opéra-comique et cantate. Pour l’opéra, il s’agit de composer sur un livret de Louis Gallet, La Coupe du roi de Thulé. Eugène Diaz de La Peña (1837-1901) fut récompensé avec une partition qui fut créée à l’Opéra de Paris le 10 janvier 1873, devant Massenet, dont l’œuvre a disparu, mais dont de larges extraits seront réutilisés dans Le Roi de Lahore, Les Érinnyes, Marie-Magdeleine, Ève et La Vierge.

      15 août. Pour les fêtes en l’honneur de Napoléon III, création de la cantate Paix et Liberté à l’Opéra-Comique ; l’œuvre est perdue.

31 août. Mort à Paris de Charles Baudelaire (1821-1867).

26 décembre. Création de La Jolie Fille de Perth de Bizet au Théâtre-Lyrique, à Paris.

Scènes de bal, pour piano à quatre mains.

Zola : Thérèse Raquin.

Manet : Exécution de l’empereur Maximilien ; Courses à Longchamp.

1868

      31 mars. Naissance de Juliette (1868-1935), unique enfant de Massenet.

      Juillet. Massenet termine la composition du Florentin, opéra-comique destiné au concours ouvert l’année précédente ; il est classé troisième. La partition a été détruite par le compositeur.

6 octobre. Création de La Périchole d’Offenbach au Théâtre des Variétés, à Paris.

13 novembre. Mort à Paris de Gioachino Rossini (1792-1868).

      Georges Hartmann (1843-1900 ; il est aussi librettiste) fonde une maison d’édition musicale à Paris et obtient en 1870 l’exclusivité des opéras de Massenet ; il édite également des partitions de Bizet, Saint-Saëns ou Franck.

      Deux Pièces, pour violoncelle et piano. Daudet : Le Petit Chose.

1869

      Probablement cette année-là, les Massenet déménagent 38, rue Malesherbes, aujourd’hui, 38, rue du Général-Foy (VIIIe arrondissement) ; ils y demeurent jusqu’en 1903. Le couple vit surtout des leçons de piano du compositeur, jusqu’à sa nomination au Conservatoire.

      14 janvier. Création du Passant, musique de scène pour la comédie de François Coppée, à l’Odéon, à Paris. Seule la Sérénade de Zanetto a été conservée.

8 mars. Mort à Paris d’Hector Berlioz (1803-1869).

6 avril. Création française de Rienzi de Wagner au Théâtre-Lyrique de Paris.

16  novembre. L’impératrice Eugénie inaugure en Égypte le canal de Suez, du Français Ferdinand de Lesseps.

17  novembre. Publication de L’Éducation sentimentale de Flaubert.

10 décembre. Création des Brigands d’Offenbach, au Théâtre des Variétés, à Paris. C’est dans l’acte I de cet opéra-bouffe, que les carabiniers « arriv[ent] toujours trop tard ».

Théodore de Banville fait paraître la 3e édition (posthume) des Fleurs du mal de Baudelaire. Publication des Lettres de mon moulin, recueil de nouvelles d’Alphonse Daudet et de son ami Paul Arène.

Verlaine : Fêtes galantes.

1870

25 mai. Création du ballet Coppélia ou La Fille aux yeux d’émail de Delibes à l’Opéra de Paris.

Mai-juillet. Massenet séjourne à Fontainebleau ; il travaille sur la partition de Méduse, opéra en 3 actes, inachevé puis détruit.

19 juillet. La France déclare la guerre à la Prusse.

2 septembre. Sedan capitule, Napoléon III est prisonnier des Prussiens.

4  septembre. Proclamation de la République (la IIIe).

5  septembre. Victor Hugo à Paris, fin de son exil.

18 septembre. Début du siège de Paris par les Prussiens.

Septembre-janvier 1871. Pendant le siège de Paris par les Prussiens, Massenet sert, comme Bizet, Daudet ou le demi-frère de sa femme, Abel Orry de Sainte-Marie, dans la Garde Nationale, dans un régiment d’infanterie, où il rencontre Victorien Sardou.

23 septembre. Mort à Cannes de Prosper Mérimée (1798-1870). Verlaine : La Bonne Chanson.

1871

      25 février. Romain Bussine et Camille Saint-Saëns fondent la Société nationale de musique (SNM ; devise : Ars gallica). Massenet fait partie des premiers membres, aux côtés d’Alexis de Castillon, César Franck, Gabriel Fauré, Henri Duparc, etc.

      28 janvier. Armistice de Versailles. Capitulation de Paris. Massenet, libéré de ses obligations militaires, se rend à Fontainebleau où il est rejoint par sa famille, qui s’était réfugiée à Biarritz ; il y sera pendant la Commune de Paris (18 mars-28 mai). 10 mai. Traité de Francfort : perte de « l’Alsace-Moselle », indemnité de 5 milliards de francs-or…

12 mai. Mort de Daniel François Esprit Auber (1782-1871) ; Ambroise Thomas lui succède à la direction du Conservatoire de Paris.

      17 novembre. Concert inaugural de la SNM dans les salons Pleyel à Paris. Massenet y donne une improvisation pour ténor.

      26 novembre. Création des Scènes Hongroises, deuxième Suite d’orchestre, dédiées à Georges Bizet, aux Concerts Populaires, à Paris.

Rimbaud : Le Bateau ivre. Zola : La Curée.

1872

Janvier. Massenet termine Marie-Magdeleine, commencée en novembre précédent.

Pasdeloup refuse désagréablement de créer la partition.

22 mai. Création de Djamileh de Bizet à l’Opéra-Comique de Paris.

12 juin. Création de La Princesse jaune de Saint-Saëns à l’Opéra-Comique de Paris.

30 septembre. Création de L’Arlésienne, musique de scène de Bizet pour le drame de Daudet, au Théâtre du Vaudeville à Paris.

30 novembre. Création de Don César de Bazan, opéra-comique en 4 actes sur un livret d’Adolphe d’Ennery et Jules de Chantepie, d’après Victor Hugo, à l’OpéraComique de Paris. L’œuvre, écrite très vite pendant l’été précédent, quitta le répertoire après 13  représentations. Le matériel d’orchestre de la création disparut lors de l’incendie de l’Opéra-Comique, le 25 mai 1887, Massenet refit l’orchestration en été 1887.

Appuyé par Ambroise Thomas, César Franck (1822-1890) est nommé professeur d’orgue au Conservatoire de Paris.

Banville : Petit Traité de poésie française.

Daudet : Tartarin de Tarascon.

Degas : Le Foyer de la danse à l’Opéra de la rue Le Peletier.

Monet : Impression, soleil levant, tableau éponyme de l’Impressionnisme.

1873

6 janvier. Musique de scène composée en décembre précédent pour Les Érinnyes de Leconte de Lisle, à l’Odéon à Paris. C’est un succès. La partition sera étoffée pour les reprises de 1876 et 1889.

21 février. Création parisienne de La Fille de madame Angot de Lecocq, aux FoliesDramatiques (la création mondiales eut lieu à Bruxelles, aux Fantaisies-Parisiennes, le 4 décembre 1872).

11 avril. Création à l’Odéon de Marie-Magdeleine, drame sacré en 3 actes et 4 parties sur un livret de Louis Gallet (1835-1898 ; en parallèle à une brillante carrière à l’Assistance publique, il écrivit de nombreux livrets pour Massenet, Saint-Saëns, Bruneau, etc.), avec Pauline Viardot (1821-1910), sous la direction d’Édouard Colonne (1838-1910) à la tête du Concert national – futur Concert Colonne - qu’il venait de fonder avec l’éditeur Georges Hartmann.  Bizet écrit à Massenet : « Jamais notre école moderne n’avait encore rien produit de semblable ; tu me donnes la fièvre, brigand ! » Quelques heures après, les Massenet vont en Italie (Naples, Capri, Rome).

20 mai. Loi sur le septennat du président de la République.

24 mai. Création du Roi l’a dit de Delibes à l’Opéra-Comique de Paris.

      L’Adorable Bel-Boul, opérette créée cette année-là mais détruite par le compositeur.

      Concert tzigane, pour petit orchestre.

      3e Suite d’orchestre : Scènes dramatiques, d’après Shakespeare.

      Ouverture de Phèdre.

Daudet : Les Contes du lundi.

Rimbaud : Une saison en enfer. Zola : Le Ventre de Paris.

1874

      22 février. Création de l’Ouverture de Phèdre, composée l’année précédente, au Châtelet, à Paris.

      22 mars. Création de la 4e Suite d’orchestre : Scènes pittoresques, dédiées à Émile Paladilhe, au Châtelet, à Paris.

      Massenet compose l’oratorio Ève.

9 février. Mort à Hyères de Jules Michelet (1798-1874).

Barbey d’Aurevilly : Les Diaboliques.

Flaubert : La Tentation de saint Antoine.

Verne : L’Île mystérieuse.

Manet : Argenteuil.

Monet : Le Pont d’Argenteuil. Renoir : La Loge.

1875

5 janvier. Inauguration de l’Opéra de Charles Garnier à Paris ; les travaux avaient débuté en 1861.

10 janvier. Création des Scènes dramatiques au Conservatoire de Paris.

24 janvier. Création de La Danse macabre de Saint-Saëns par Colonne ; semi-échec.

30 janvier. L’amendement Wallon établit la République.

3 mars. Création de Carmen de Bizet à l’Opéra-Comique de Paris.

7 mars. Naissance à Ciboure (Pyrénées-Atlantiques aujourd’hui) de Maurice Ravel (18751937).

      18 mars. Création d’Ève (drame sacré) au Cirque d’été (construite en 1841 au carré Marigny, aux Champs-Élysées, la salle fut démolie vers 1900 ; la rue du Cirque en maintient le souvenir).

      24 mai. Mort de la mère de Massenet (née Adélaïde Royer de Marancour, 1809-1875).

      3 juin. Mort à Bougival (Yvelines aujourd’hui) de Georges Bizet (1838-1875). Pour les obsèques de son ami, Massenet écrit un Lamento pour orgue.

15 septembre. Mort à Paris de Louise Farrenc, née Dumont.

      20 novembre. Création de Chanson de Musette, musique de scène pour La Vie de Bohème de Murger, à l’Odéon, à Paris.

      Hiver. Mort de madame Orry de Sainte-Marie, née Caroline de Hillerin, (?-1875), belle-mère de Massenet.

Zola : La Faute de l’abbé Mouret.

1876

15 mai. Reprise des Érinnyes à la Gaîté-Lyrique avec une partition entièrement réécrite.

14 juin. Création de Sylvia ou la Nymphe de Diane, ballet de Delibes, à l’Opéra de Paris.

      26 juillet. Massenet est décoré de la Légion d’Honneur.

      Été. Massenet termine Le Roi de Lahore.

      5e Suite d’orchestre : Scènes napolitaines.

      Création de la Chanson de Musette, musique de scène pour La Vie de Bohême de Murger, à l’Odéon, à Paris.

      Bérengère et Anatole, opérette créée cette année-là mais détruite par le compositeur.

Mallarmé : L’Après-midi d’un faune.

Verne : Michel Strogoff (écrit pour la visite du tsar Alexandre II à Paris).

Zola : L’Assommoir.

Degas : L’Absinthe.

Renoir : Le Bal du Moulin de la Galette.

1877

23 février. Création du Timbre d’argent de Saint-Saëns au Théâtre-Lyrique, à Paris.

2 mars. Saint-Saëns écrit à Massenet : «  L’accueil qu’on a fait au Timbre d’argent est de bon augure pour celui qu’on fera au Roi de Lahore. J’ai le succès, vous aurez le triomphe et personne ne s’en réjouira plus que moi. »

19 avril. Création des Cloches de Corneville de Planquette, aux Folies-Dramatiques, à Paris.

      27 avril. Création du Roi de Lahore, opéra en 5 actes, sur un livret de Louis Gallet, à l’Opéra de Paris, en présence du président de la République Mac-Mahon et de l’empereur Pedro II du Brésil.

      Été. Massenet compose La Vierge et retouche Le Roi de Lahore.

      27 juillet. Télégramme de félicitation des ouvriers de Pont-Salomon (Haute-Loire) à Massenet pour la première du Roi de Lahore ; le compositeur, très touché, y répondit.

28 novembre. Création de L’Étoile, opérette de Chabrier, au Théâtre des Bouffes-Parisiens.

29 novembre. Ne pouvant accompagner Saint-Saëns, qui se rendait à Weimar avec Fauré, Bussine, etc., pour la création en allemand de Samson et Dalila au Théâtre grand-ducal (elle aura lieu le 2 décembre), Massenet lui écrit : « Je ne puis, hélas, suivre nos amis qui auront le grand bonheur d’assister à votre succès, mais je vous envoie mes vœux les plus affectueux ! »

2 décembre. Création de Samson et Dalila de Saint-Saëns, en allemand, au Théâtre grandducal de Weimar ; la première française aura lieu au Théâtre des Arts de Rouen, le 3 mars 1890 ; la première parisienne, au Théâtre lyrique de l’Éden (rue Boudreau, IXe arrondissement ; réaménagée, la salle est aujourd’hui le Théâtre de l’Athénée-Louis Jouvet).

L’éditeur milanais Ricordi propose à Massenet de faire traduire Le Roi de Lahore pour le monter en Italie ; il lui soumet le texte d’Erodiade.

Hugo : La Légende des siècles (2e série) ; L’Art d’être grand-père. Pissarro : Les Toits rouges.

1878

25 janvier. Création du Petit Duc de Lecocq au Théâtre de la Renaissance, à Paris.

      13 février. Massenet se rend à Turin et assiste à Il Re di Lahore, avec un tableau supplémentaire, au Teatro Regio. Grand succès.

1er mai-31 octobre. Exposition universelle à Paris, au Champ-de-Mars : palais du Trocadéro,

Praxinoscope…

      22 août. Massenet termine La Vierge ; il commence Hérodiade.

      18 octobre. Massenet est nommé professeur de composition au Conservatoire de Paris.

      30 novembre. Massenet est élu à l’Académie des Beaux-Arts, contre Saint-Saëns, au 6e fauteuil, succédant à François Bazin, son ancien professeur de contrepoint (SaintSaëns sera élu au 5e fauteuil en 1881).

      5e Suite d’orchestre : Scènes napolitaines.

      Narcisse, idylle antique pour ténor solo, chœur et orchestre.

      Massenet est fait chevalier de la Légion d’honneur.

G. Bruno (pseudonyme d’Augustine Feuillée, née Tuillerie) : Le Tour de la France par deux enfants, manuel d’apprentissage de la lecture.

1879

Premier voyage de Massenet en Hongrie, à l’occasion de la création du Roi de Lahore à Budapest le 25 janvier.

14 février. Loi faisant définitivement de La Marseillaise l’hymne national français.

Marche héroïque de Szabadi, pour orchestre, dédiée « À l’abbé Liszt ».

Planquette : Sambre et Meuse, marche militaire. Loti : Aziyadé.

1880

Janvier-septembre. Massenet orchestre Hérodiade.

16 mars. Création de l’opérette de Louis Varney Les Mousquetaires au couvent, aux BouffesParisiens.

15 avril. Publication, dans Les Soirées de Médan, de Boule de suif de Maupassant.

22 avril. Création parisienne de l’opéra de Verdi Aida, dans une version remaniée et en français. L’opéra avait été créé à l’Opéra khédival du Caire le 24 décembre 1871, puis à la Scala de Milan, après quelques modifications, le 8 février 1872.

22 mai. Création de La Vierge, légende sacrée, aux Concerts historiques de l’Opéra de Paris, sous la direction de Massenet.

8 mai. Mort à Croisset (Seine-Maritime) de Gustave Flaubert (1821-1880).

6 juillet. Loi instituant le 14 juillet comme fête nationale française, et adoptant définitivement le drapeau tricolore.

11 juillet. Amnistie des Communards.

26 août. Naissance à Rome de Guillaume Apollinaire (1880-1918).

21 décembre. Loi Sée instituant l’enseignement secondaire pour les jeunes filles.

30 décembre. Création de La Mascotte, opéra-comique d’Audran, aux Bouffes-Parisiens.

Alerte, chœur à 4 voix d’hommes, « composé en l’honneur des Combattants de 187071, morts pour la Patrie ; Souvenir des fêtes données à Saint-Étienne à l’occasion du voyage présidentiel. » Zola : Nana.

1881

10 février. Création posthume des Contes d’Hoffmann d’Offenbach à l’Opéra-Comique de Paris.

      20 février. Saint-Saëns avait été élu la veille au 5e fauteuil de l’Académie des BeauxArts, succédant à Napoléon Henri Reber, contre Léo Delibes (lequel sera élu en 1884). Massenet lui écrit : « Je suis bien heureux de votre élection, et je ne puis attendre jusqu’au mercredi 5 mars pour vous embrasser de tout cœur comme je suis à vous de toute admiration. »

      Mars. Création de la 6e Suite d’orchestre : Scènes de féerie, à Londres.

28 mars. Loi Ferry sur la gratuité de l’enseignement primaire.

      Avril. Massenet se rend en Espagne pour la représentation du Roi de Lahore à Barcelone.

      Été. Massenet compose sa 7e Suite d’orchestre : Scènes alsaciennes.

      19 décembre. Création d’Hérodiade, opéra en 4 actes et 7 tableaux sur un livret de Paul Milliet et Henri Grémont (Georges Hartmann) d’après Hérodias, le troisième des Trois Contes de Flaubert, au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles. Grand succès. L’œuvre n’avait alors que 3 actes et 5 tableaux et avait été créée à Bruxelles car Auguste Vaucorbeil, directeur de l’Opéra de Paris de 1879 à 1884, ne la goûtait guère. Après quelques avatars et ajouts, la version en 4 actes et 7 tableaux fut créée le 1er février 1884 au Théâtre-Italien de Paris, salle Ventadour (IIe arrondissement ; depuis 1878/1879, le bâtiment est occupé par une banque), mais la version française originale ne fut donnée à l’Opéra de Paris que le 2 octobre 1903 et n’entra au répertoire que le 24 décembre 1921.

Charles Lamoureux (1834-1899) fonde à Paris les « Nouveaux Concerts ».

Flaubert : publication posthume de Bouvard et Pécuchet, roman inachevé.

Loti : Le Roman d’un spahi.

Maupassant : La Maison Tellier. Renoir : Déjeuner des canotiers.

1882

      Janvier-février. Massenet révise complètement Hérodiade.

      Février-octobre. Massenet travaille à la composition de Manon.

      Fin février. Voyage de Massenet à Milan fin février pour la représentation d’Erodiade (version revue) à la Scala.

6 mars. Création du ballet Namouna de Lalo à l’Opéra de Paris.

19 mars. Création des Scènes Alsaciennes au Châtelet à Paris.

28 mars. Loi Ferry sur l’obligation et la laïcité de l’enseignement primaire.

Gabriel Pierné  et Georges Marty, deux élèves de Massenet, obtiennent ex-aequo le prix de Rome.

Ohnet : Le Maître de forges. Zola : Pot-Bouille.

1883

Janvier. Massenet dirige les représentations d’Hérodiade à Hambourg.

26 janvier. Création de Mam’zelle Nitouche, « comédie-vaudeville » d’Hervé au Théâtre des Variétés, à Paris.

Février-fin août. Massenet orchestre Manon.

5 mars. Création d’Henry VIII de Saint-Saëns, à l’Opéra de Paris.

29 mars. Création française d’Hérodiade remanié à Nantes, en présence du compositeur.

14 avril. Création de Lakmé de Delibes à l’Opéra-Comique de Paris.

4 novembre. Création d’España de Chabrier aux Concerts Lamoureux ; ce fut un très grand succès.

22 décembre. Naissance à Paris d’Edgard Varèse (1883-1965).

Hugo : La Légende des siècles (3e série). Loti : Mon frère Yves.

1884

      19 janvier. Création de Manon, opéra-comique en 5 actes et 6 tableaux sur un livret de Henri Meilhac et Philippe Gille, d’après l’Histoire du chevalier Des Grieux et de Manon Lescaut de l’abbé Prévost, à l’Opéra-Comique de Paris, avec Marie Heilbron dans le rôle-titre. Le public est plus enthousiaste que les critiques.

      1er février. Création parisienne d’Hérodiade au Théâtre Italien.

21 mars. Loi Waldeck-Rousseau autorisant les syndicats.

5 avril. Loi municipale : sauf à Paris (jusqu’en 1977), les maires sont désormais élus au suffrage universel.

27 juillet. Loi Naquet autorisant le divorce.

Août. Massenet séjourne à Thoune (Suisse) ; il compose Le Cid, révise Manon pour la prochaine création londonienne ; il compose également une cantate pour Londres : Apollo’s Invocation.

24 octobre. Création parisienne d’Étienne Marcel de Saint-Saëns à Paris, au Théâtre du Château-d’Eau (50, rue Malte, XIe arrondissement ; ex-Cirque Impérial, ex-Cirque Olympique ; après de nombreux avatars, cette salle fut démolie en 1967).

Claude Debussy obtient le Prix de Rome de musique. Verlaine : Jadis et Naguère.

1885

      Massenet effectue de nombreux voyages en France et à l’étranger pour superviser les productions d’Hérodiade et de Manon. Il orchestre Le Cid et commence Werther.

      2 janvier. Création de Théodora, musique de scène pour le drame de Victorien Sardou.

      9 janvier. Lettre de Massenet à Saint-Saëns : « J’ai reçu ta belle partition de La Lyre et la Harpe [op.57, pour soli chœur et orchestre, sur une ode de Victor Hugo]. Je vais la lire et la travailler avec mes élèves aujourd’hui même. » 22 mai. Mort à Paris de Victor Hugo (1802-1885).

      Août. Voyage officiel en Hongrie, en compagnie d’autres académiciens.

      30 novembre. Création du Cid, opéra en 4 actes et 10 tableaux sur un livret d’Adolphe d’Ennery, Louis Gallet et Édouard Blau, à l’Opéra de Paris. C’est un grand succès.

      26 décembre. Saint-Saëns écrit à Massenet : « Enfin, blotti au fond d’une loge, j’ai entendu Le Cid ; je ne trouve qu’un mot : c’est éblouissant. »

      Xavier Leroux (1863-1919), élève de Massenet, obtient le prix de Rome. Maupassant : Bel-Ami. Zola : Germinal.

1886

              26 mars. Verdi assiste à l’Opéra de Paris à une représentation du Cid de Massenet.

              31 mars. Mort de Marie Heilbron ; Manon n’est plus à l’affiche de la salle Favart. 22 juin. Loi d’exil des chefs des familles ayant régné sur la France, ainsi que leur fils aîné (disposition abrogée par la loi du 24 juin 1950).

14 juillet. Défilé militaire à Longchamp, grand succès du général Boulanger, alors ministre de la Guerre. Le soir même, à l’Alcazar [d’été] (avenue Gabriel, VIIIe arrondissement ; c’est aujourd’hui le pavillon Gabriel), Paulus modifie la chanson-marche En revenant d’la revue, paroles de Lucien Delormel et Léon Garnier, musique de Louis-César Desormes : à la fin du deuxième couplet, il remplace « Moi, j’faisais qu’admirer la fière allur’ du p’tit troupier » par « Moi, je faisais qu’admirer not’ brav’ général Boulanger ». La chanson devint l’hymne boulangiste.

Été. Massenet travaille à la composition de Werther.

30 octobre. Loi Goblet laïcisant le personnel des écoles publiques.

21 décembre. Création du Crocodile, musique de scène pour le drame de Victorien Sardou, au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Drumont : La France juive.

Rimbaud : Les Illuminations. Loti : Pêcheur d’Islande.

1887

25 janvier. Massenet écrit à Saint-Saëns : « Bien cher ami, Ce n’est pas ainsi que je veux te remercier de l’envoi de ton admirable symphonie [il s’agit de la 3e Symphonie op. 78] ; je te verrai, je pense, à l’académie samedi et te dirai à quel point je suis émerveillé de cet ouvrage unique ! À toi, cher ami et grand Maître, car tu es un très grand Maître. »

14 mars. Création de Proserpine de Saint-Saëns à l’Opéra-Comique de Paris.

Mars-juillet. Massenet orchestre Werther.

3 mai. Création parisienne de Lohengrin de Wagner au Théâtre lyrique de l’Éden.

18 mai. Création du Roi malgré lui de Chabrier à l’Opéra-Comique de Paris.

      25 mai. Pendant une représentation de Manon, à 21 h, incendie accidentel de l’OpéraComique, à Paris, faisant 115 victimes ; la salle Favart est complètement détruite ; ainsi ont disparu, en outre, des costumes, des décors et des partitions d’orchestre, comme les manuscrits inédits de La Grand’Tante, Paix et Liberté, et Don César de Bazan. La troupe de l’Opéra-Comique s’installe alors provisoirement place du Châtelet, au Théâtre des Nations, côté IVe arrondissement (actuel Théâtre de la Ville). La salle Favart fut reconstruite et inaugurée le 7 décembre 1898 ; c’est l’actuel Théâtre national de l’Opéra-Comique, place Boieldieu (IIe arrondissement).

      Gustave Charpentier (1860-1956), élève de Massenet, obtient le prix de Rome.

      Septembre. Massenet modifie le rôle de Manon pour Sybil Sanderson (1864-1903), soprano étasunienne à l’ambitus très grand de 3 octaves. Il songe à lui confier le rôletitre de son prochain opéra, Esclarmonde.  Elle chantera en effet Manon, puis elle créa Thaïs en 1894 ; elle avait été la Phryné de Saint-Saëns en 1893.

      Automne. Massenet reconstitue l’orchestration de Don César de Bazan pour Genève.

      24 novembre. Juliette, fille de Massenet, épouse Léon Alloend-Bessand, héritier des grands magasins « La Belle Jardinière ».

      Biblis, scène pour soli, chœur et orchestre.

      31 décembre. Massenet est promu officier de la Légion d’Honneur.

Le Fiacre (« Un fiacre allait trottinant »), chanson, paroles et musique de Léon Xanrof (envers de fornax, fourneau en latin), pseudonyme de Léon Fourneau.

Loti : Madame Chrysanthème. Maupassant : Le Horla.

1888

              2 février. Sybil Sanderson chante Manon à La Haye, en présence de Massenet. 29 mars. Mort à Paris de Charles Valentin Alkan (1813-1888).

              Avril-octobre. Massenet travaille surtout sur la partition d’Esclarmonde.

7 mai. Création du Roi d’Ys de Lalo, dans sa version définitive, au Châtelet à Paris.

Août. Pendant un séjour à Vevey (Suisse), où il retrouve Sybil Sanderson et sa mère, Massenet fait travailler à la cantatrice le rôle d’Esclarmonde.

Degeyter : musique de l’Internationale sur les paroles d’Eugène Pottier (1871).

Courteline : Le Train de 8 h 47.

Maupassant : Le Rosier de Madame Husson. Detaille : Le Rêve.

1889

27 janvier. Élu à Paris, le général Boulanger refuse de tenter un coup d’État et s’exile en Belgique.

Fin mars. Massenet fait la connaissance de Tchaïkovski, en visite à Paris.

6 mai- 31 octobre. Exposition universelle à Paris sur le thème de la Révolution, dont c’est le centième anniversaire. Elle se tient essentiellement au Champ-de-Mars, au palais du Trocadéro et sur l’esplanade des Invalides : Tour Eiffel, Galerie des machines, reconstitution de la Bastille, Buffalo Bill et son spectacle « Wild West Show »…

      14 mai. Création d’Esclarmonde, « opéra romanesque » en 4 actes et 8 tableaux sur un livret de Louis de Gramont et Alfred Blau, à l’Opéra-Comique de Paris, avec Sybil Sanderson.

      Massenet compose Le Mage, pour l’Opéra de Paris, mais le livret de Jean Richepin ne l’inspire pas beaucoup, et il réutilise des fragments d’ouvrages antérieurs. Bergson : Les données immédiates de la conscience.

1890

21 mars. Création d’Ascanio de Saint-Saëns à l’Opéra de Paris.

30 mai. Création de La Basoche de Messager, à l’Opéra-comique de Paris.

Juin. Van Gogh peint deux tableaux représentant le Docteur Gachet ; il meurt le mois suivant à Auvers-sur-Oise.

      Juillet. Massenet orchestre Le Mage.

      Octobre. Massenet se rend à Bruxelles, où Sybil Sanderson chante Esclarmonde.

      Novembre. Massenet se rend à Vienne pour la création de Manon à l’Opéra impérial et royal. Il remporte un très grand succès.

8 novembre. Mort à Paris de César Franck (1822-1890). Zola : La Bête humaine.

1891

Massenet doute de son style et peine à composer ; il esquisse Amadis.

16 janvier. Mort à Paris de Léo Delibes (1836-1891).

      16 mars. Création du Mage, opéra en 5 actes et 6 tableaux sur un poème de Jean Richepin, à l’Opéra de Paris. Ce fut un semi-échec ; il n’y eut que 31 représentations.

      Mai. Massenet se rend à Londres pour écouter Sybil Sanderson qui chante Manon à Covent Garden.

      Juillet. Massenet achète le Vieux Manoir à Pont-de-l’Arche (Eure).

      Août. Massenet séjourne à Vevey (Suisse) où il compose Le Carillon, un ballet pour Vienne.

      Octobre. L’Opéra-Comique reprend Manon, avec Sybil Sanderson. 10 novembre. Mort à Marseille d’Arthur Rimbaud (1854-1891).

13 mars. Mort à Paris de Théodore de Banville (1823-1891). Zola : L’Argent.

1892

Février. Massenet séjourne à Vienne. Il assiste, le 16 février, à la création, en allemand, de Werther, « drame lyrique » en 4 actes et 5 tableaux sur un livret d’Édouard Blau, Paul Milliet et Georges Hartmann, d’après le roman épistolaire Les Souffrances du jeune Werther de Goethe, à l’Opéra impérial et royal de Vienne. La première en français eut lieu à Genève le 27 décembre de la même année. La création parisienne eut lieu à l’Opéra-Comique le 16 janvier 1893. Longtemps, cet opéra fut plus populaire à l’étranger qu’en France ; on le considère aujourd’hui comme le chef-d’œuvre de Massenet. Le 21 février, dans le même opéra est donné le ballet Le Carillon, « légende mimée ».

10 mars. Naissance au Havre d’Arthur Honegger (1892-1955).

Printemps-automne. Massenet compose la première version de Thaïs.

22 avril. Mort à Paris d’Édouard Lalo (1823-1892).

6 mai. Mort à Paris d’Ernest Guiraud (1837-1892), ami intime de Bizet, qui écrivit les récitatifs de Carmen, réalisa presque complètement la Seconde Suite de L’Arlésienne et termina l’orchestration des Contes d’Hoffmann d’Offenbach. 4 septembre. Naissance à Marseille de Darius Milhaud (1892-1974).

Ganne : Marche lorraine, d’abord pour piano puis pour harmonie, sur des paroles de Jules Jouy et Octave Pradels, très probablement pour la venue à Nancy du président Sadi Carnot, en cette période de « revanche » :

Joyeux Lorrains, chantons sans frein

Le refrain

Plein d’entrain

De Jeanne, bergère immortelle Du pays de Moselle !...

Refrain

Fiers enfants de la Lorraine… Zola : La Débâcle.

Maeterlinck : Pelléas et Mélisande.

1893

      Massenet écrit un long article biographique pour le journal étasunien Scribner’s Magazine.

      16 janvier. Création parisienne de Werther à l’Opéra-Comique. La critique applaudit, le public parisien boude. En revanche, Werther remporte un succès immédiat en province et en Belgique. L’architecte Charles Garnier (1825-1898), grand ami de Massenet, lui écrit :

Amico mio,

Deux yeux pour te voir,

Deux oreilles pour t’entendre,

Deux lèvres pour t’embrasser,

Deux bras pour t’enlacer,

Et deux mots pour te dire que ton Werther est joliment tapé, savez-vous ? Je suis fier de toi et, de ton côté, ne rougis pas d’un pauvre architecte tout content de toi Carlo

21 janvier. Création de Madame Chrysanthème de Messager au Théâtre de la Renaissance, à Paris.

      Février. Lettre de Debussy à l’homme d’affaires André Poniatowski : « Ah ! que vous faites bien de vous occuper de chemins de fer, et de vivre parmi les chiffres, sans avoir le triste spectacle que donnent à tous ceux qui aiment l’art et les gens d’aujourd’hui, soi-disant chargés de les représenter : nous avons eu, un Werther de Mr Massenet, où l’on peut constater une curieuse maîtrise à satisfaire toutes les niaiseries et le besoin poétique et lyrique des dilettantes à bon marché ! » (Claude Debussy, Correspondance (1872-1918), Gallimard, Paris, 2005, lettre 1893-1).

      Printemps. Massenet travaille sur la partition du Portrait de Manon et de Thaïs.

      24 mars. Création de Kassya, opéra inachevé en 4 actes et 5 tableaux de Léo Delibes (décédé l’année précédente), sur un livret d’Henri Meilhac et Philippe Gille, complété et orchestré par Massenet, à l’Opéra-Comique de Paris.

7 avril. Maxime Gaillard et Georges Everaert fonde, 3, rue Royale, à Paris, ce qui deviendra le restaurant Maxim’s.

12 mai. Création française de La Walkyrie de Wagner à l’Opéra de Paris.

24 mai. Création de Phryné de Saint-Saëns à l’Opéra-Comique de Paris.

6 juillet. Mort à Paris de Guy de Maupassant (1850-1893).

      11 octobre. Massenet écrit à Saint-Saëns : « J’ai besoin de te dire encore quelle profonde impression m’a fait ressentir ton Hymne à Victor Hugo. C’est beau. Absolument beau. À toi d’affection. » [Pour fêter les marins russes, dans le cadre de l’alliance franco-russe de 1892, une représentation de gala eut lieu à l’Opéra de Paris et on y donna l’Hymne op. 69 que Saint-Saëns avait composé en 1881.]

      16 octobre. 200e de Manon à Paris, avec Sanderson.

18 octobre. Mort à Saint-Cloud de Charles Gounod (1818-1893).

27 octobre. Création de Madame Sans Gêne de Sardou et Moreau au Théâtre du Vaudeville, à Paris, avec Réjane dans le rôle-titre.

23 novembre. Création de L’Attaque du moulin de Bruneau à l’Opéra-Comique de Paris.

Fin de l’année. Massenet séjourne dans le Midi, où il compose La Navarraise, dédiée à sa femme.

1894

16 mars. Création de Thaïs, opéra en 4 actes, sur un livret de Louis Gallet, d’après le roman éponyme d’Anatole France, à l’Opéra de Paris, avec Sybil Sanderson dans le rôle-titre et Delmas (Athanaël).  Le succès fut fort médiocre ; Massenet écrivit à SaintSaëns : « Ah ! mon cher et grand ami, que n’étais-tu là au moment de la première épreuve ! Ta présence aurait été ma consolation dans ces mauvais jours passés… » (lettre du 3 mai). Dans l’acte II, le violon solo joue ce que l’on appelle « la méditation de Thaïs », morceau célèbre souvent interprété en concert. L’œuvre connut une seconde version créée par Mary Garden en 1907. Le jour-même, Gustave Charpentier, ancien élève, très apprécié par Massenet, lui écrit : « Soyez content, Maître, car tous ceux qui sont épris de grand art sont avec vous et vous aiment, et vous remercient, et se réjouissent de votre succès. »  Le 3 avril suivant, Saint-Saëns écrit à Massenet : « La dernière scène est du pur diamant. Elle me poursuit partout, je ne puis m’en rassasier. Et le 1er tableau ! Et l’incantation à Vénus enchanteresse de l’ombre ! Et tout ! Merci pour ces réjouissances d’art que tu m’as données. »

23 mars. Création posthume du Requiem que Gounod avait écrit l’année précédente à la mémoire de son petit-fils Maurice Gounod, à la Société des concerts du Conservatoire de Paris.

      8 mai. Création du Portrait de Manon, opéra-comique en 1 acte, sur un livret de Georges Boyer, à l’Opéra-Comique de Paris. Il s’agit d’une suite de Manon, mais en pastiche.

      20 juin. Création de La Navarraise, « épisode lyrique » en 2 actes, sur un livret de Jules Claretie et Henri Cain, d’après La Cigarette de Claretie, au Covent Garden de Londres, avec Emma Calvé (1858-1942) dans le rôle-titre.

23 juin. Dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, à Paris, séance de clôture du premier congrès olympique : le baron Pierre de Coubertin rétablit les Jeux olympiques et leur fréquence quadriennale.

      Henri Rabaud, élève de Massenet, obtient le prix de Rome.

      Été. Massenet travaille sur la partition de Grisélidis.

13 septembre. Mort à Paris d’Emmanuel Chabrier (1841-1894).

Octobre. Dans les jardins des Tuileries à Paris se tient le premier salon automobile mondial (Mondial de l’automobile depuis 1988).

1 000e représentation de Mignon d’Ambroise Thomas à l’Opéra-Comique.

22 décembre. Création à Paris par l’Orchestre de la Société nationale de musique sous la direction de Gustave Doret du Prélude à l’après-midi d’un faune de Debussy. Le même jour, un conseil de guerre condamne le capitaine Dreyfus au bagne à perpétuité. Renard : Poil de carotte.

1895

      Été. À Pont-de-l’Arche, Massenet travaille sur la partition de Cendrillon.

23-28 septembre. Fondation de la CGT, Confédération générale du travail, au congrès de Limoges.

      3 octobre. Création française de La Navarraise, avec Emma Calvé, à l’OpéraComique. C’est un grand succès.

      14 octobre. Saint-Saëns désirait dédier à Louise Massenet sa paraphrase de concert La Mort de Thaïs, pour piano ; Massenet lui écrit, de Lyon : « Cher grand ami, tu ne pouvais toucher davantage mon cœur et ton attention pour ma femme, après l’honneur que tu me fais, met le comble à tout mon espoir. Affectueusement merci ! »

      Décembre. Séjour à Nice où Massenet travaille sur la partition de Cendrillon.

28 décembre. Dans le salon indien du Grand Café, à Paris, 4, boulevard des Capucines (IXe arrondissement), a lieu la première projection publique du cinématographe des frères Lumière.

31 décembre. Massenet est promu commandeur de la Légion d’Honneur. Botrel : La Paimpolaise.

1896

Janvier. Massenet séjourne à Milan où le Teatro alla Scala monte La Navarraise. Sur le chemin, Massenet est reçu à Gênes par Verdi.

12 février. Mort d’Ambroise Thomas (1811-1896).

      Mai. Massenet refuse de succéder à Ambroise Thomas à la tête du Conservatoire de Paris et démissionne de la classe de composition. Désormais, il se consacre à la composition.

      Été. Massenet travaille sur la partition de Sapho.

1er octobre. Succédant à Jules Massenet, Gabriel Fauré (1845-1924), nommé par ailleurs organiste en chef à l’église de la Madeleine de Paris, devient enfin professeur de composition au Conservatoire de Paris (Ambroise Thomas s’était toujours opposé à sa nomination). 16 juillet. Mort à Champrosay (hameau englobé dans la commune de Draveil, Essonne), dans la propriété d’Alphonse Daudet, d’Edmond de Goncourt (1822-1896).

15 octobre. Ouverture officielle de la « Schola Cantorum », à Paris, rue Stanislas (VIe arrondissement), puis, à partir de 1900, 269, rue Saint-Jacques, dans le même arrondissement, dans l’ancien couvent des Bénédictins anglais. Cette école supérieure de musique, religieuse puis aussi profane, beaucoup plus libre et ouverte que le Conservatoire, fondée par Charles Bordes (1863-1909), Alexandre Guilmant (1837-1911) et Vincent d’Indy (1851-1931), fut dirigée par Vincent d’Indy de 1904 à sa mort.

Décembre. Pendant son séjour à Dax (Landes), Massenet orchestre Sapho. Jarry : Ubu roi.

1897

      Début de l’année. Massenet compose une Fantaisie pour violoncelle et orchestre.

      Mai. Séjour à Aix-les-Bains, où Massenet compose l’oratorio La Terre promise. 17 mai. Création parisienne du Vaisseau fantôme de Wagner à l’Opéra-Comique de Paris, au Châtelet.

      Max d’Ollone, ancien élève de Massenet, obtient le prix de Rome.

      Été. Massenet retravaille Thaïs et ajoute le tableau de l’Oasis et un nouveau ballet, celui de la Place publique.

19 octobre. Premier numéro du journal L’Aurore.

10 novembre. Création parisienne des Maîtres chanteurs de Nuremberg de Wagner à l’Opéra.

      27 novembre. Création de Sapho, « pièce lyrique » en 5 actes, sur un livret de Henri

Cain et Arthur Bernède d’après le roman éponyme d’Alphonse Daudet, à l’OpéraComique de Paris, avec Emma Calvé (Fanny Legrand). Succès très mitigé. Pour la reprise à l’Opéra-Comique, en 1909, Albert Carré (1852-1938, directeur de l’OpéraComique de 1898 à 1913, puis de 1918 à 1925) demanda à Massenet d’ajouter le « Tableau des lettres », second tableau de l’acte 3 ; l’œuvre comprend désormais 5 actes et 6 tableaux.

      15 décembre. Mort à Paris d’Alphonse Daudet (1840-1897). Pendant ses obsèques, on exécuta « Solitude », prélude de l’acte V de Sapho de Massenet.

      L’Année passée, suite pour piano à quatre mains.

Dukas : L’Apprenti sorcier.

Gide : Les Nourritures terrestres.

Loti : Ramuntcho.

Rostand : Cyrano de Bergerac.

1898

13 janvier. Zola écrit dans l’Aurore une « Lettre ouverte au président de la République » [Félix Faure], titre que Clemenceau, alors membre de la rédaction du journal, transforme en « J’accuse », s’étalant sur toute la une.

27 janvier. Pendant un séjour à Monte Carlo, Massenet dirige un concert de ses œuvres. Le 10 mars, Jacques Hollman, crée la Fantaisie pour violoncelle et orchestre.

9 avril. Loi sur les accidents du travail : les patrons sont responsables.

      13 avril. Tandis que Massenet séjourne à Milan pour une production de Sapho, l’Opéra de Paris reprend Thaïs dans la nouvelle version (définitive). Tout petit succès. 10 mai. Création française de Fervaal de Vincent d’Indy à l’Opéra-Comique de Paris (la création mondiale eut lieu le 12 mars 1897 au Théâtre royal de la Monnaie de Bruxelles). 4 juin. Pour défendre le capitaine Dreyfus, Ludovic Trarieux, sénateur de la Gironde, fonde la Ligue des droits de l’homme.

      Juillet. Pendant un séjour à Pourville (alors, Seine-Inférieure), Massenet retravaille sur la partition de Grisélidis.

28 août. Création de Déjanire de Saint-Saëns, dans les arènes de Béziers.

20 novembre. La ville de Saint-Étienne organise un festival Massenet.

10 décembre. Création de Véronique de Messager aux Théâtre des Bouffes-Parisiens.

1899

17 janvier. Création de La Dame de chez Maxim de Feydeau au Théâtre des Nouveautés, à Paris.

      1er février. Massenet fait l’acquisition d’une propriété à Égreville, au sud de la Seineet-Marne, à une centaine de km de Paris, composé d’un château ayant appartenu au XVIe siècle à Anne de Pisseleu, duchesse d’Étampes, favorite de François Ier (il n’en reste plus qu’une aile) et d’une centaine d’hectares. Cette grande propriété est sa résidence d’été. Fermé pendant un demi-siècle, après la mort de Ninon, le château sera occupé et très endommagé pendant la Seconde Guerre mondiale. Anne Massenet, arrière-petite-fille de Camille, demi-frère de Massenet, en hérita en 1985, après la mort de Pierre Bessand-Massenet, petit-fils du compositeur, qui avait adopté Anne.  Cette dernière restaura le château et l’ouvrit au public mais, en octobre 2000, suite à une incompréhension mutuelle avec le département (?), elle vendit le château.

      24 mai. Création de Cendrillon, « conte de fées » en une préface et 4 actes sur un livret de Henri Cain et Paul Collin à l’Opéra-Comique de Paris.

      Été. Massenet orchestre La Terre promise à Égreville.

2 août. Premier numéro du journal Ouest-éclair, édité à Rennes (ayant collaboré pendant l’Occupation, il devient Ouest-France en 1944).

7 août-9 septembre. Procès de Dreyfus à Rennes ; il est reconnu coupable avec circonstances atténuantes ; il est gracié le 19 septembre et retrouve la liberté deux jours plus tard.

      Décembre. Massenet se rend à Genève et à Milan pour une production de Cendrillon. 29 décembre. Georges Costallat fonde sa maison d’édition musicale à Paris.

      Les Grands Violons du roi Louis XV, pour premiers et seconds violons, dédié « Aux jeunes Sociétaires de l’Union symphonique de Saint-Étienne mes compatriotes. »

      Les Bleuets, chœur pour soli, voix de femmes et piano à quatre mains.

Ravel : Pavane pour une infante défunte, pour piano ; le compositeur l’orchestrera en 1910. Le Roy : Jacquou le croquant.

1900

1er janvier. Massenet est promu grand officier de la Légion d’Honneur.

2 février. Création de Louise de Charpentier à l’Opéra-Comique de Paris.

15 mars. Création de l’oratorio La Terre promise, oratorio biblique en 3 parties, d’après la Vulgate, à l’église Saint-Eustache, à Paris.

14 avril-12 novembre. Exposition universelle à Paris, au Champ-de-Mars, esplanade des

Invalides, colline de Chaillot, bois de Vincennes… : 1re ligne du métropolitain (inaugurée le

19 juillet), palais de l’électricité, trottoir roulant, Petit Palais et Grand Palais, pont Alexandre III, gare d’Orsay, gare des Invalides, nouvelle gare de Lyon… 14 mai. Ouverture des deuxièmes olympiades modernes, à Paris.

Florent Schmitt, ancien élève de Massenet, obtient le prix de Rome.

27 août. Création de Prométhée de Fauré, dans les arènes de Béziers.

8 décembre. Création de la musique de scène pour Phèdre à l’Odéon, à Paris (l’Ouverture avait été composée en 1873).

Bergson : Le Rire.

Mirbeau : Journal d’une femme de chambre.

Rostand : L’Aiglon.

Fondation de l’Académie Goncourt.

1901

              Janvier-février. Massenet séjourne à Antibes, où il achève Grisélidis. 1er juillet. Loi sur les associations.

              Été. À Égreville, Massenet compose le Jongleur de Notre-Dame.

23 octobre. Création des Barbares de Saint-Saëns à l’Opéra de Paris.

      20 novembre. Création de Grisélidis, « conte lyrique » en un prologue et 3 actes sur un livret d’Armand Silvestre et d’Eugène Morand, à l’Opéra-Comique de Paris, avec Lucienne Bréval (Berthe Schilling, 1869-1935) dans le rôle-titre.

      Décembre. Dans La Revue blanche, Debussy écrit : « Il apparaît tout de suite que la musique ne fut jamais pour M. Massenet « la voix universelle » qu’entendirent Bach et Beethoven ; il en fit plutôt une charmante spécialité. »

      8 décembre. Création de La Chevrière, petit conte rustique pour chœur et solo avec accompagnement de piano.

Ravel : Jeux d’eau.

Sully Prudhomme est le premier lauréat du prix Nobel de Littérature.

1902

      18 février. Création du Jongleur de Notre-Dame, « miracle » en 3 actes sur un livret de Maurice Léna, à l’Opéra de Monte-Carlo. Pendant un entracte, le prince Albert Ier de Monaco décore Massenet de l’ordre de Saint-Charles. Grand succès. Massenet et sa femme sont les hôtes du prince, avec lequel le compositeur noue des liens d’amitié.

      Mars. Massenet se rend à Bruxelles pour une production de Grisélidis au Théâtre de la Monnaie. Ensuite, il gagne Vienne où il dirige Manon pour la 100e à l’Opéra impérial et royal.

      Été. À Égreville, Massenet termine son Concerto pour piano et orchestre et commence Chérubin.

30 avril. Création de Pelléas et Mélisande de Debussy à l’Opéra-Comique de Paris.

17 août. Création de Parysatis de Saint-Saëns, dans les arènes de Béziers.

29 septembre. Mort à Paris d’Émile Zola (1840-1902).

Gide : L’Immoraliste.

1903

      Février. Massenet et sa femme séjournent à Monte-Carlo pour une production d’Hérodiade et les fêtes du centenaire de la naissance de Berlioz, où Massenet représente l’Institut de France.

      9 février. Création du Concerto pour piano par Louis Diémer, au Conservatoire de Paris.

      24 avril. Reprise de Werther à l’Opéra-Comique de Paris. Succès durable jusqu’à nos jours.

      Été. Massenet souffre du cancer de l’intestin qui l’emportera en 1912.

1er-19 juillet. Premier Tour de France cycliste.

      Septembre. Les Massenet déménagent au 48, rue de Vaugirard (VIe arrondissement), en face du jardin du Luxembourg.

      Octobre. Massenet se rend à Milan pour une production de Thaïs au Teatro Lirico. Grand succès, en particulier pour Lina Cavalieri (1874-1944), que le compositeur juge idéale dans le rôle-titre.

John-Antoine Nau (Eugène Torquet, 1860-1918) est, avec Force ennemie, le premier lauréat du Prix Goncourt.

Pissarro : La Seine et le Louvre.

Marie et Pierre Curie obtiennent le prix Nobel de physique, partagé avec Henri Becquerel.

1904

4 février. Création de Cigale, « divertissement-ballet », à l’Opéra-Comique de Paris, avec Lucienne Bréval (Bertha Schilling, 1869-1935).

25 février. Reprise de l’Orfeo de Monteverdi dans une adaptation abrégée de Vincent d’Indy à la Schola Cantorum de Paris (il n’y eut sans doute pas d’autre représentation depuis celle de la création, au palais ducal de Mantoue, le 24 février 1607).

8 avril. Entente cordiale avec le Royaume-Uni.

18 avril. Premier numéro du journal socialiste L’Humanité, fondé par Jean Jaurès (après le congrès de Tours, en décembre 1920, le journal revient à la majorité communiste).

      10 mai. Création parisienne du Jongleur de Notre-Dame, à l’Opéra-Comique.

      Octobre. Création du Grillon du foyer, musique de scène pour la comédie de Ludovic de Francmesnil, à l’Odéon, à Paris.

      Massenet fait la connaissance de Lucy Arbell (1882-1947). Gustave Bret (1875-1969) fonde à Paris la « Société Bach ». Frédéric Mistral obtient le prix Nobel de Littérature.

1905 13 janvier. 500e de Manon à l’Opéra-Comique.

      14 février. Massenet se rend à Monte-Carlo pour la création de Chérubin, « comédie chantée » en 3 actes sur un livret de Francis de Croisset et Henri Cain, à l’Opéra de Monte-Carlo, avec Mary Garden (1874-1967) dans le rôle-titre.

24 février. Reprise de L’Incoronazione di Poppea de Monteverdi (paternité contestée aujourd’hui, du moins en partie) dans une version de concert de huit scènes reconstituées par Vincent d’Indy, à la Schola Cantorum de Paris. L’œuvre fut créée à l’automne 1642 au Teatro Santi Giovanni e Paolo de Venise.

              Août. Pendant son séjour à Saint-Aubin, Massenet est très malade.

              26 septembre. 100e de Werther à l’Opéra-Comique.

              Octobre. À Égreville, Massenet termine la composition d’Ariane.

              Décembre. Massenet compose Thérèse. Le rôle-titre est écrit pour Lucy Arbell. 9 décembre. Loi de séparation des Églises et de l’État.

Gabriel Fauré succède à Théodore Dubois à la direction du Conservatoire de Paris ; il reste à ce poste jusqu’en 1920.

Debussy : La Mer.

Bergson : L’Évolution créatrice.

Claude Farrère (1876-1957) obtient le Prix Goncourt avec Les Civilisés.

1906

      Février. Massenet et sa femme sont les hôtes du prince de Monaco, à l’occasion d’une production du Roi de Lahore.

      31 octobre. Création d’Ariane, opéra en 5 actes sur un livret de Catulle Mendès à l’Opéra de Paris, avec Lucienne Bréval dans le rôle-titre et Lucy Arbell (Georgette Wallace, 1878-1947) dans le rôle de Perséphone. C’est « une œuvre noble, grande et émouvante » selon Gabriel Fauré. C’est un grand succès.

13 juillet. Loi instituant le repos hebdomadaire obligatoire. Le même jour, Dreyfus est réhabilité.

Août. Massenet séjourne à Saint-Aubin (Calvados) dans le résidence d’été de la famille Wallace (Lucy Arbell). Il orchestre Thérèse.

Claudel : Partage de midi (1re version).

Loti : Les Désenchantées.

Première édition du Petit Larousse.

Henri Moissan obtient le prix Nobel de Chimie.

1907

Fin janvier. Massenet séjourne à Nice pour une production d’Ariane, puis gagne Monte-Carlo pour la création, le 7 février, de Thérèse, « drame musical » en 2 actes, sur un livret de Jules Claretie, à l’Opéra de Monte-Carlo, avec Lucy Arbell dans le rôle-titre (elle récidivera pour la reprise à l’Opéra-Comique de Paris le 19 mai 1911).

10 mai. Création d’Ariane et Barbe-Bleue de Dukas à l’Opéra-Comique de Paris.

      Juin. Lina Cavalieri triomphe à l’Opéra de Paris dans Thaïs.

      Été. Massenet séjourne à Saint-Aubin, où il peine à composer Bacchus ; il travaille également sur le ballet Espada.

      Décembre. Massenet séjourne à Turin pour une production d’Ariane. Ravel : Rapsodie espagnole.

Alphonse Laveran obtient le prix Nobel de physiologie ou médecine.

1908

      Le cancer fait de plus en plus souffrir Massenet ; il maigrit beaucoup.

      13 février. Massenet séjourne à Monte-Carlo pour une reprise de Thérèse et la création du ballet Espada.

13 mai. Reprise d’Hippolyte et Aricie de Rameau dans une restitution de Vincent d’Indy, à l’Opéra de Paris (l’opéra avait été représenté 133 fois entre 1733 et 1767, puis avait disparu du répertoire).

Juillet et fin août. Massenet séjourne deux fois à Saint-Aubin où il compose un nouveau tableau pour Sapho (le tableau des Lettres) et commence Don Quichotte.

Première partition musicale écrite spécialement pour un film : L’Assassinat du duc de Guise de Saint-Saëns, pour un film mis en scène par André Calmettes avec des comédiens dirigés par Charles le Bargy (père de Jean Debucourt), sur un scénario d’Henri Lavedan.

Gabriel Lippmann obtient le prix Nobel de physique.

1909

      22 janvier. Reprise de Sapho (avec le tableau des Lettres) à l’Opéra-Comique de Paris avec Marguerite Carré (1880-1947) dans le rôle-titre.

      Printemps. Massenet travaille sur la partition de Don Quichotte.

      5 mai. Création de Bacchus, opéra en 4 actes et 5 tableaux sur un livret de Catulle

Mendès à l’Opéra de Paris, avec Lucien Muratore (1876-1954) dans le rôle-titre, Lucienne Bréval (Ariane) et Lucy Arbell (la reine Amahelli). Le plus grand échec de Massenet : l’opéra est véritablement « descendu » par les critiques et doit être retiré de l’affiche après cinq représentations.

18 mai-18 juin. Au Châtelet, première saison des Ballets russes à Paris.

Juillet. Massenet séjourne à Saint-Aubin ; il travaille sur Rome vaincue, qu’il renomme Vesta, puis Roma.

13 juillet. Mort à Paris de Jules Chaplain (1839-1909), prix de Rome, sculpteur renommé pour ses gravures et ses médailles (ex. : les pièces de 10 francs-or et de 20 francs-or émises de 1899 à 1914). Grand ami de Massenet. Ils s’étaient connus à la Villa Médicis.

25 juillet. Blériot traverse la Manche en avion.

Panis angelicus pour voix a cappella ou avec orgue, dédié à « Monseigneur de Curiel, évêque de Monaco ». Gide : La Porte étroite.

1910

29 janvier. Grande crue de la Seine, qui atteint son maximum à Paris : 8,50 m ; mais la plus importante crue jamais mesurée à Paris eut lieu le 1er mars 1658 : 8,81 m. 7 février. Création de Chantecler de Rostand au Théâtre de la Porte Saint-Martin.

Mi-février-fin mars. Au cours d’un long séjour dans la principauté de Monaco,

Massenet et sa femme assistent à la création triomphale le 19 février de Don Quichotte, « comédie héroïque » en 5 actes sur un livret d’Henri Cain, à l’Opéra Garnier de Monte-Carlo, avec Fédor Ivanovitch Chaliapine (Don Quichotte) et Lucy Arbell (Dulcinée). Les Massenet sont les hôtes du prince Albert Ier ; ils assistent aux cérémonies de l’inauguration du Musée océanographique, le 29 mars, durant lesquelles est créée La Nef triomphale, « strophes pour chœur mixte et orchestre » commandée par le prince.

18 mai. Mort à Paris de Pauline Viardot, née Garcia (1821-1910 ; elle était la sœur de Maria Malibran, 1808-1836).

25 juin. Les Ballets russes créent à l’Opéra de Paris L’Oiseau de feu de Stravinsky, sous la direction de Gabriel Pierné.

Juillet. Pendant un séjour à Saint-Aubin, Massenet travaille sur la partition d’Amadis.

21 août. Création d’Héliogabale de Déodat de Séverac, dans les arènes de Béziers.

Fin août. Massenet est hospitalisé d’urgence à Paris.

29 décembre. Création parisienne de Don Quichotte, à la Gaîté Lyrique. Le public est plus conquis que les critiques.

Louis Pergaud (1882-1915) obtient le Prix Goncourt avec De Goupil à Margot.

1911

      Printemps. Massenet travaille à la composition de Panurge.

      19 mai. À l’Opéra-Comique de Paris sont créés deux ouvrages lyriques : Thérèse de Massenet et, à sa demande, L’Heure espagnole de Ravel.

13 juin. Les Ballets russes créent au Châtelet Petrouchka de Stravinsky, sous la direction de Pierre Monteux.

      Juillet-août. Le cancer progressant, Massenet doit se reposer ; il séjourne à SaintAubin.

      19 novembre. Début de la parution de Mes souvenirs de Massenet dans L’Écho de Paris.

      10 décembre. Gala Massenet à l’Opéra de Paris.

Apollinaire : Le Bestiaire ou Cortège d’Orphée.

Pergaud : La Guerre des boutons.

Marie Curie obtient le prix Nobel de Chimie.

1912

17 février. Création de Roma, « opéra tragique » en 5 actes, sur un livret de Henri Cain d’après Rome vaincue d’Alexandre Parodi, avec Lucy Arbell (Posthumia), Lucien Muratore (1876-1954, Lentulus) et Francisque Delmas (1861-1933, Fabius Maximus), à l’Opéra de Monte-Carlo.

13 mai. Les Ballets russes créent au Châtelet Le Dieu Bleu de Reynaldo Hahn.

      Juillet. La santé de Massenet se dégrade rapidement.

      9 août. Massenet quitte Égreville pour Paris.

      13 août : Massenet meurt dans la matinée à Paris, dans la clinique de la rue de la Chaise (VIIe arrondissement).

      17 août. Massenet est enterré à Égreville, dans l’intimité.

      Massenet a légué à la Bibliothèque de l’Opéra de Paris presque tous ses manuscrits et des objets que Ninon a fait transférer en 1917, en gardant l’usufruit. Duchamp : Nu descendant un escalier.

1913

25 avril. Création posthume de Panurge, « haulte farce musicale » en 3 actes sur un livret de Georges Spitzmuller et Maurice Boukay (Maurice Couiba) d’après Pantagruel de Rabelais, à la Gaîté-Lyrique de Paris, avec Vanni Marcoux (1877-1962) dans le rôle-titre, Lucy Arbell (Colombe) et Giovanni Martinelli (1885-1969, Pantagruel).

Apollinaire : Les Peintres cubistes et Alcools.

1914

      17 janvier. Création posthume de Jérusalem, musique de scène pour la pièce de Georges Rivollet, au Théâtre de Monte-Carlo.

      23 février. Création posthume de Cléopâtre, « drame passionnel » en 4 actes et 5 tableaux sur un livret de Louis Payen et Henri Cain, à l’Opéra de Monte-Carlo.

1922

1er avril. Création posthume dAmadis, opéra en 4 actes et un prologue sur un livret de Jules Claretie à l’Opéra de Monte-Carlo.

***