subtiles d’œuvres à la charnière entre les deux siècles, des entretiens éclairants avec des compositeurs en vue tels que Philippe HERSANT (né en 1948), Nicolas BACRI (né en 1961) et Thierry ESCAICH (né en 1965). La démarche concerne le renouveau actuel, les sources d’inspiration (choral…), les modèles du passé (Bach, Mozart, Beethoven), la recherche de l’émotion voire de la nostalgie. En l’état actuel, le style postmoderne « demeure insaisissable ». Certes, le recul du temps manque encore mais, quoi qu’il en soit, la pluralité compositionnelle et stylistique est manifeste, la réflexion des lecteurs est sollicitée, la nécessité du beau et les inspirations spirituelles s’imposent.

Cette nouvelle Revue apportera des réponses aux « sonorités opposées » (cf. Éditorial n°1, p. 9) et, bien sûr, des discordances et concordances. L’esthétique musicale, initiée en Sorbonne, se poursuit donc avec deux directeurs formés dans cette Université et, de surcroît, compositeurs au cœur des spéculations analytiques et esthétiques : un atout supplémentaire. À suivre impérativement.
Édith Weber
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019