Imprimer
Catégorie : Livres

Sampzon, DELATOUR FRANCE  (www.editions-delatour.com), 2015 (réf. BDT 0067), 131 p. – 20 €.  Play list YouTube https://www.youtube.com/user/editionsdelatour.fr

Les publications récentes (livres et disques) privilégient volontiers les instruments de musique et le répertoire adéquat cultivé par les compositeurs contemporains. Michel Gérard s'adresse à un large public, néophyte ou professionnel. Ses descriptions organologiques sont associées à plus de 200 illustrations et photographies, dont certaines inédites. La lecture peut être accompagnée par l'écoute d'enregistrements concernant l'esthétique contemporaine (cf. play list).

 

Ce livre est structuré en quatre grandes parties, faisant suite à une présentation de la facture du hautbois sous ses diverses formes. La première concerne l'historique de l'instrument : hautbois du XVIIe siècle, suivi de l'instrument baroque pratiqué notamment par Michel de La Barre et Jean Hotteterre à La Couture-Boussey où sont fabriqués des chalumeaux et musettes très appréciés à la Cour de Louis XIII. Le hautbois comprend deux clefs dont le « timbre doit permettre toutes les inflexions de la voix humaine » (cf. J. S. Bach), puis de nouvelles s'y ajoutent jusqu'à douze et même treize en Autriche, avec pompe d'accord. Au XIXe siècle, l'instrument moderne — enrichi des acquis, entre autres, de la flûte système Boehm, en Allemagne — est repris en France par Louis-Auguste Buffet, puis Frédéric Triébert, avec ajout de nouvelles clefs (en boule, montées sur socle métallique) ; c'est ce hautbois « système conservatoire » qui s'imposera en Europe. Au XXIe siècle, le facteur Marigaux lance une nouvelle conception pour les têtes. Le hautbois peut aussi être préenregistré (timbres, bruit de clés) dans le cadre de la musique électroacoustique, par exemple Musique pour hautbois et bande magnétique (A. Dobrowsky, 1965), avec prise de son spécifique. La deuxième partie concerne l'aspect organologique très technique (anche, gougeage, taille, montage, matériel, accessoires…). La troisième présente les typologies et la famille du hautbois, entre autres cor anglais, hautbois d'amour, hautbois baryton, basson, heckelphone, musette…, bombarde (Bretagne), raita (Afrique du Nord), suono (Chine). Les hautbois sont souvent regroupés : Douze Grands Hautbois du Roi, sous Louis XIII ; La Grande Écurie, avec hautbois et musettes du Poitou, sous Louis XIV. De nos jours, la relève sera assurée par la Double Reed Society, l'Association Française du Hautbois et autres Bandes (Bordeaux, Metz, Mulhouse, Paris-Nanterre). La quatrième partie aborde les techniques avec de nombreuses définitions très précises. La Bibliographie concerne les livres spécialisés ; elle renvoie également à des revues et partitions.

Cette étude d'ensemble — historique, technique et esthétique, remarquablement illustrée, relevant d'une solide expérience pédagogique, dans laquelle ils découvriront, entre autres, le compositeur et hautboïste contemporain Gilles Silvestrini — ravira les historiens, facteurs, instrumentistes et mélomanes. Informations indispensables.