Imprimer
Catégorie : Livres

Alain von RODEN : Essai d'initiation aux musiques médiévales polyphoniques ou contrapuntiques. Paris, L'HARMATTAN (www.harmattan.fr ), 2015, 112 p. – 14 € .

 

 

Ce livre nécessite un sous-titre explicatif : « Création d'une chapelle et d'une école musicale parisienne : Capella et schola parisis » (sic). Il est rédigé par un ancien Professeur de cardiologie, mélomane passionné et grand admirateur des « musiques médiévales polyphoniques ou contrapuntiques ». Son objectif concerne le lancement d'une nouvelle « chapelle vocale » à Paris. Cet essai propose un aperçu synthétique, allant droit à l'essentiel. Il met aux prises traditions et innovations, rappelle la combinatoire des nombres selon Platon, puis survole rapidement les tendances de la musique médiévale : l'Ars antiqua et l'école Notre-Dame de Paris et les formes cultivées (organum, versus-conduit et motet), l'art des trouvères, le culte marial ; l'Ars nova et son chef de file, Guillaume de Machaut (v.1300-1377), et l'Ars nova en Italie, le séjour des Papes en Avignon, aboutissant à  la polyphonie pratiquée par l'École franco-flamande et à la Cour de Bourgogne.

 

Après ce volet polyphonique — il eût été préférable de respecter la chronologie —, la deuxième partie aborde la monodie médiévale et le cantus planus, les sources (Rome, Byzance), la liturgie chrétienne sous ses diverses aspects pour arriver à la « renaissance carolingienne » (avec différents recueils : antiphonaires, tropaires), à son héritière, Hildegard von Bingen (1098-1179), religieuse bénédictine, et à l'amour courtois, typique des troubadours.

La troisième partie aborde enfin l'objectif de ce plaidoyer en faveur de la musique médiévale et de sa pratique en 2014. « Concert pour Saint-Louis, l'an de grâce 2014 » s'appuie sur un article publié dans la Revue Una voce relatant deux concerts de musique médiévale donnés à Paris en avril 2014, dont le programme repose sur des codices (et non codex au pluriel). L'essai inaugure la création d'une nouvelle chapelle, la Capella schola Parisis (sic) regroupant la Confédération des Ensembles-Maîtrises de Paris et d'Île-de-France « gérée par l'organisation de l'association Le Parisien Paradis [JO du 04. 01. 2014 sous le numéro 843], À mon seul désir [sic, cf. Tapisserie La Dame à la licorne ?], et sa coordination relève de l'UFR de musique et de musicologie de la Sorbonne université Paris-IV » [sic] (cf.  dernière de couverture).

 Une certaine ambiguïté terminologique entre polyphonie et contrepoint plane sur l'ouvrage. Sur le plan historique, certaines rectifications s'imposent, par exemple la musique médiévale polyphonique commence bien avant l'école Notre-Dame (du XIIIe siècle) avec l'organum double Rex coeli Domine au IXe siècle (cf. Musica Enchiriadis ou Enchirias), tentative théorique consistant à superposer deux voix parallèles pour atteindre la consonance ; rien n'empêchera par la suite d'en ajouter une troisième ou une quatrième. Qu

ant à la Bibliographie, elle ne tient pas compte de la première publication sur le sujet : La musique médiévale de Théodore Gérold (1932), donc avant L'histoire musicale du Moyen-Âge (1/1950 ; plusieurs rééditions) de Jacques Chailley. Ce manuel s'appuie sur l'histoire événementielle et, de façon schématique, présente l'histoire musicale déjà bien connue de l'honnête musicologue médiéviste.

 L'« essai » — selon la qualification de l'auteur — a toutefois le mérite d'établir des liens solides entre la musique et les cadres ou lieux historiques, et de communiquer l'enthousiasme réel d'Alain von Roden envers la musique médiévale et pour sa pratique et sa diffusion au XXIe siècle.

 

 

 

 

Édith Weber