Cette œuvre est donc la dernière présentée dans cette collection, puisque son directeur, Régis Famelart, comme nous l’avons dit ci-dessus, est disparu prématurément le 30 octobre dernier.
Reditum Regis, ou « Le retour du Roi », pour ceux qui auraient oublié leur latin (« nobody’s perfect… ») se compose donc de trois parties intitulées (en français) : « Tristesse au Royaume », réservée aux timbales, « Une bonne nouvelle » pour le xylophone et enfin « Le Roi revient » pour multi-percussion et bande son. Précisons que la bande son est à télécharger sur le site de l’éditeur et qu’elle a été écrite par un élève d’électro-acoustique du CRR (de Nice). L’ensemble est plein de charme et de rebondissements. Classée facile à moyen pour les percussionnistes, cette pièce demandera en revanche un pianiste chevronné. Précisons enfin que le titre et l’aspect moyenâgeux du conte tiennent peut-être à ce que l’auteur, avant de se consacrer entièrement à la musique, a fait une classe préparatoire à l’École des Chartes. Quoi qu’il en soit, l’ensemble est très plaisant et devrait rencontrer un franc succès.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019