Joseph HAYDN : Symphonies n°93

Joseph HAYDN : Symphonies n°93, 96 (« The Miracle »), 98, 100 (« Military »), 101 (« The Clock »), 102, 103 (« Drum Roll »).  Ouverture de l'opéra « Il Mondo della Luna ».  Symphonie concertante Hob.I : 105.  Chamber Orchestra of Europe, dir. Claudio Abbado.  4CDs Universal/DG : 477 8117.  TT : 48'59 + 42'55 + 53'35 + 53'48.

Excellente idée que d'avoir réunis dans un même coffret les enregistrements effectués, entre 1986 et 1995, par Claudio Abbado de symphonies de Haydn empruntées à la série des « Londoniennes ».  Triomphe de la forme classique, ces pièces sont aussi « animées d'une frénésie de nouveauté » (Marc Vignal).  On sait leur foisonnement mélodique qui semble ne pas connaître de limites, comme l'art avec lequel Haydn transforme une idée en autant de variantes ; mais aussi l'invention de traits originaux, à commencer par l'introduction lente qui ouvre les allegros initiaux, ces points d'orgue inattendus aussi, ces manières de refrain humoristique encore, voire ces cadences d'instruments solistes survenant impromptu.  Que dire des effets de surprise, tel

George Frideric HÄNDEL : Arias tirées de Tamerlano, Rodelinda, Serse, Ariodante, La Resurrezione

George Frideric HÄNDEL : Arias tirées de Tamerlano, Rodelinda, Serse, Ariodante, La Resurrezione.  Rolando Villazón, ténor.  Gabrieli Players, dir. Paul McCreesh.  Universal/DG : 4778056.  TT : 59'.

Signe des temps que la prolifération d'albums programmés autour d'un artiste renommé.  Voici donc Rolando Villazón, le ténor lyrique champion du répertoire français, se livrant à un exercice peu ordinaire : chanter Haendel.  Il confesse que la passion du baroque lui est venue, tel un coup de foudre, à l'écoute d'un récital Vivaldi de Cecilia Bartoli.  Et qu'après avoir abordé quelques arias de Monteverdi avec Emmanuelle Haim, le temps était venu de se frotter à d'autres pièces baroques.  Pourquoi pas Haendel, dont on allait commémorer un millésime important ! De fait, l'opération a de l'allure ; d'autant que ses partenaires sont des spécialistes de ce répertoire et garantissent l'authenticité du résultat. Mais l'énergie communicative dont on sait le ténor

George Frideric HÄNDEL : Ezio, HWV 29.

George Frideric HÄNDEL : Ezio, HWV 29.  Opéra en trois actes d'après un livret de Pietro Metastasio.  Sonia Prina, Ann Hallenberg, Karina Gauvin, Vito Priante, Anicio Zorzi Giustiniani.  Il Complesso Barocco, dir. Alan Curtis.  3CDs Universal/Archiv : 477 8073.  TT : 67'56 + 61'08 + 57'45.

Peu représenté parmi les opéras de Haendel, Ezio s'inspire d'une pièce de Pietro Metastasio, illustre pour sa parfaite logique dramatique et son haut niveau littéraire.  Celle-ci fut toutefois « amodiée » par le compositeur pour un résultat plus confus : ce qui valut à l'opéra un succès mitigé à sa création, en 1732.  Il n'en demeure pas moins que le grand musicien y excelle dans la peinture des passions : envie, trahison, jalousie, égoïsme, sentiments souvent décrits avec une pertinence saisissante.  Ezio, général romain, créé par le castrat Senesino, propose une belle progression dramatique ; Valentino compose un monarque, certes grandiose, mais désemparé, agité dans ses pensées contradictoires ; et Massimo est un traître guidé par une obsédante quête de vengeance.  Fluvia à laquelle son traître de père veut faire jouer un rôle d'appât, ira, dans sa volonté de refus, jusqu'au délire de trilles hallucinés, préfigurant la scène de la folie de Lucia di Lammermoor.  Le sujet traité est, en effet, la brouille

Luigi BOCCHERINI : Quintette pour cordes n°91

Luigi BOCCHERINI : Quintette pour cordes n°91, Sextuor n°4, Quatuor à cordes n°56, Trio à cordesn°22.  Fabio Biondi & membres de Europa Galante.  Virgin Classics : 2 12149 2.  TT :74'08.

Fabio Biondi poursuit son exploration de la musique de chambre de Boccherini. Ce compositeur prolixe connut plusieurs périodes créatrices dans son Espagne d'adoption avant de se voir confier les plus hautes fonctions à la Cour de Berlin. Toutes ces pièces se signalent par leur fraîcheur mélodique, leur inventivité thématique et une variété dans le rythme qui ne lassent pas. Tel le quintette avec deux violoncelles n°91, puisé parmi les 47 composés pour Frédéric le Grand, amateur éclairé et lui-même virtuose du violoncelle.  Il débute curieusement par un adagio et se distingue par un deuxième mouvement aux « rythmes lombards », aussi original que savoureux, et un finale presto endiablé avec rythmique à l'arraché.  Le sextuor à cordes n°4 est un

Johann Sebastian BACH : Cantates

Johann Sebastian BACH : Cantates « Aus der Tieffen ruffe ich, Herr, zu dir » BWV 131, « Himmelskönig sei wilkommen » BWV 182, « Christ lag in Todesbanden », BWV 4.  Katharine Fuge, soprano. Carlos Mena, contre-ténor. Hans Jörg Mammel, ténor. Stephan MacLeod, basse.  Ricercar Consort, dir. Philippe Pierlot.  Mirare : MIR 057. TT : 68'06.

Les trois œuvres jouées ici présentent des caractéristiques bien différentes. La cantate BWV 131 « Depuis l'abîme, je crie vers toi, Seigneur » enchaîne cinq parties selon la pratique du motet. Sa composition doit encore à Buxtehude. Des ensembles choraux en forme de préludes et fugues alternent avec des morceaux vocaux. Ces derniers soit sont de style arioso (intervention de la basse) soit empruntent à l'aria avec strophe de choral, faisant alors intervenir les voix deux par deux (soprano et basse, alto et ténor).  La cantate BWV 4, « Christ gisait dans les liens de la mort » est une curiosité puisque faite de sept strophes dont le matériau instumental varie de l'une à l'autre. Introduite par une courte sinfonia sombre et poignante, elle propose une

Robert SCHUMANN : Für die Jugend…

Robert SCHUMANN : Für die Jugend… 2 CDs Alpha : 145.  TT : 62’55 + 69’56.

Le titre général : Für die Jugend… n’est autre que celui de l’Album à la jeunesse de Robert Schumann (1810-1856) que tant de jeunes pianistes ont travaillé… Le CD1 de ce coffret, très bien présenté, commence par 12 pièces (Clavierstücke) à 4 mains « pour petits et grands enfants », op. 85 interprétées d’un ton décidé (Marches), avec simplicité (Reigen), expression (Abendlied) par Éric Le Sage et Frank Braley (piano à 4 mains).  Dans Ball-Scenen9 charakteristische Tonstücke, op. 109, ainsi que dans Kinderball – 6 leichte Tanzstücke, op. 130, le deux pianistes Éric Le Sage et Denis Pascal (piano à 4 mains) font preuve d’énergie, de virtuosité et d’une solide technique pianistique. Cette partie de danses est tour à tour festive, grave, animée.  Le

Concerti Musicali.  La voce del mandolino barocco.

Concerti Musicali.  La voce del mandolino baroccoJade : 699 685-2.  TT : 65’07.

L’Artemandoline Baroque Ensemble se donne pour objectif de collaborer au renouveau de la mandoline et de son répertoire, par le biais de stages, de concerts (Europe, Japon) et d’éditions.  Très soucieux de respecter les exigences des manuscrits et traités originaux et la variété des ornements, il s’impose par sa rigueur, sa haute technicité et sa sensibilité musicale. Le présent disque - qui a le mérite de réhabiliter un répertoire oublié - est, en grande partie, consacré au répertoire italien du XVIIe siècle, avec une exception pour la Symphonie en ut majeur de Placidus von Camerloher (mort en 1782).  Ces Sonates et Concertos sont généralement composés en 4 (ou 3) parties. Si les deux Concerto en sol mineur (F. XI n°33), et en ut majeur

Élisabeth JACQUET DE LA GUERRE : Quatre Cantates du Livre II

Élisabeth JACQUET DE LA GUERRE : Quatre Cantates du Livre II.  Gilles Perny Production (145, av. de Cazouls, 34370 Maraussan) : GPP 004.  TT : 60’08.

Les mélomanes découvriront avec intérêt quatre Cantates bibliques extraites du Livre II (1711) d’Élisabeth Jacquet de La Guerre (1665-1729), femme compositeur à l’époque de Louis XIV.  Reposant sur le livret de M. de La Motte, tiré des Écritures, elles évoquent trois personnages bibliques : Adam (cantate n°1), Samson (n°6) et Joseph (n°4) ; et Le Temple rebâti (n°2), pour commémorer et célébrer la délivrance d’Israël par Cyrus et annonçant la reconstruction du Temple de Jérusalem, avec une symphonie d’ouverture éclatante.  Ces cantates sont écrites pour une voix de dessus : A. Büchel (soprano) et basse continue : G. Bezzina (violon baroque), S. Brix (viole de gambe) et V. Elliott (clavecin).  Dans son excellent texte de présentation,

Quatre Cantates du Livre II

Élisabeth JACQUET DE LA GUERRE : Quatre Cantates du Livre II.  Gilles Perny Production (145, av. de Cazouls, 34370 Maraussan) : GPP 004.  TT : 60’08.

Les mélomanes découvriront avec intérêt quatre Cantates bibliques extraites du Livre II (1711) d’Élisabeth Jacquet de La Guerre (1665-1729), femme compositeur à l’époque de Louis XIV.  Reposant sur le livret de M. de La Motte, tiré des Écritures, elles évoquent trois personnages bibliques : Adam (cantate n°1), Samson (n°6) et Joseph (n°4) ; et Le Temple rebâti (n°2), pour commémorer et célébrer la délivrance d’Israël par Cyrus et annonçant la reconstruction du Temple de Jérusalem, avec une symphonie d’ouverture éclatante.  Ces cantates sont écrites pour une voix de dessus : A. Büchel (soprano) et basse continue : G. Bezzina (violon baroque), S. Brix (viole de gambe) et V. Elliott (clavecin).  Dans son excellent texte de présentation,

Psalmi ad vesperas canendi per annum (vol. II)

Ludovico BALBI : Psalmi ad vesperas canendi per annum (vol. II). Tactus (CD Diffusion, 28, route d'Eguisheim, BP 4, F-68920 Wettolsheim. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : TC 540202. TT : 75’52.

Ludovico Balbi semble être né vers 1545, d’après une lettre de C. Porta datant de 1579, dans laquelle il le définit comme une homme de 34 ans environ. Il a occupé plusieurs postes de maître de chapelle, et est mort en 1604. Il a composé des œuvres de musique sacrée et des Madrigaux et, dans la mouvance du Concile de Trente (1545-1563), a édité le Graduale romanum… À Feltre, en 1594, il a édité les Psaumes pour les Vêpres à chanter pendant l’année. Ce disque illustre l’art de ce maître italien dans le style vénitien. Les versets des Psaumes et du Magnificat en chant figuré sont chantés « alternatim » : en alternance avec les versets de plain-chant, mais aussi avec les versets d’orgue. Le mérite de la restitution en revient d’abord à Piervito Malusa,

Hymnes du Mont Athos.

Hymnes du Mont Athos.  Jade (43, rue de Rennes, 75006 Paris <Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.>) : 699 686-2. TT : 71’08.

Le Mont Athos, situé dans la péninsule montagneuse de Macédoine centrale, regroupe une vingtaine de monastères. Il est rattaché au patriarche de Constantinople. Depuis le Haut Moyen Âge, ce lieu saint a attiré un grand nombre d’ermites de tous horizons. Au monastère de Simonos Petra, fondé au XIIIe siècle par l’ermite saint Simon le Myroblite, le chant liturgique byzantin occupe une large place. Le chœur des moines de ce monastère propose 11 chants, dont la Grande Doxologie (en second mode plagal et rythme ternaire) bien connue, très développée, de facture mélodique orientale. À la fois triomphale et impressionnante, elle est interprétée par des voix masculines assez rudes. L’hymne mariale : Vierge pure (Agnie parthene)… - composée

Works for Panflute and Orchestra

Works for Panflute and Orchestra.  Swiss Symphonic Composers, vol. 3.  VDE Gallo (rue de l’Ale 31, CH-1003 Lausanne. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : 1258.  TT : 49’38.

Olivier Buttex, directeur de la maison VDE-Gallo, a été sollicité par Michel Tirabosco qui, après ses enregistrements de musique de chambre, souhaitait associer la flûte de Pan (nai, instrument des bergers roumains) à des œuvres avec orchestre, et c’est ainsi que le Genevois David Chappuis (°1966) a « relevé le défi d’écrire un Concerto de près d’une demi-heure en quelques mois ».  L’aventure s’est transformée en réussite, et le projet a été réalisé par le chef suisse Emmanuel Siffert, à la tête du Volgograd Philharmonic Orchestra.  Le Concerto pour flûte de Pan : « Une enfance exceptionnelle » de D. Chappuis a été créé et enregistré en 2007 lors d’un concert avec l’Orchestre philharmonique de Volgograd. Il s’agit d’un vaste poème

Brockes-Passion.

Georg Philipp TELEMANN : Brockes-Passion.  2CDs Harmonia Mundi (33, rue Vandrezanne, 75013 Paris. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : HMC 902013.14.  TT : 139’51.

L’infatigable René Jacobs, à la tête du RIAS Kammerchor et de l’Akademie für alte Musik Berlin, a signé cette version très expressive dont l’excellence n’est pas à démontrer. Le texte incombe à Barthold Brockes : d’où le titre de Brockes-Passion.  En 1718, dans son Autobiographie, G. P. Telemann (1681-1767) rappelle que ce texte, qu’il découvre en 1716, était « considéré par les connaisseurs comme insurpassable ».  Il en élabore très rapidement un Oratorio de la Passion (« Jésus souffrant et mourant pour les péchés du monde »), pour soli, chœur et orchestre (TVWV 5 : 1), créé la même année à Francfort/Main.  Elle comprend deux grandes parties (totalisant 117 numéros), au cours desquelles sont évoqués : la Sainte Cène ; le discours de

L’invention de l’Antique

Musa Latina. L’invention de l’Antique.  Alpha (Outher S.A. Rue du Chêne 27, B 1000 Bruxelles. Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : 144. TT : 52’.

La musique « mesurée à l’Antique » est surtout connue par ses manifestations en France (A. de Baïf, Cl. Le Jeune...), mais elle est déjà pratiquée ailleurs. En 1480, la Grammatica brevis de Fr. Niger (Venise, 1480) est un traité avec citations (d’Ovide…) et scansions marquant le début de ce mouvement.  En Allemagne - à l’initiative de l’humaniste C. Celtes - P. Tritonius l’expérimente dès 1507 pour les écoles et universités.  Soucieux de retourner aux sources, poètes et musiciens ont ainsi forgé un important corpus à 4 voix, note contre note, comprenant des Odes, Épigrammes...  Cet excellent moyen pédagogique permet d’inculquer la scansion et la métrique, et de cultiver la mémoire par le biais du chant.  L’ode d’Horace : Iam satis terrisservira

Mediterranea.  Zig-Zag Territoires

Mediterranea.  Zig-Zag Territoires (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : ZZT 09 04 02 .  Distr. Harmonia Mundi (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.). TT : 63’05.

L’Ensemble Alla Francesca, fondé en 1990, qui a gagné rapidement sa réputation internationale, s’est spécialisé dans le répertoire musical médiéval. Son quatorzième enregistrement est réalisé par Brigitte Lesne (chant, harpes, percussion), Pierre Hamon (flûtes diverses, tambour, cornemuse) et Carlo Rizzo (chant et percussion).  En 18 pièces brèves, ils offrent une synthèse « méditerranéenne » et un éventail des formes en usage du XIIeau XIVe siècle : canso, ballata (ballade), laude ; danses : istanppita (estampies), saltarello (saltarelle).  Leur message est à la fois religieux et populaire. Certaines pièces sont signées : comtesse de Die (XIIe-XIIIe s.), Guiraut Riquier (XIIIe s.), Ghirardello da Firenze (XIVe s.), d’autres anonymes. Il s’agit de chansons d’amour évoquant la belle jeune fille, de dévotion mariale, d’une invocation à saint Michel… Un apport assez neuf révèle la tradition sépharade avec un chant d’errance, une page instrumentale, un chant sur la naissance de Moïse et deux berceuses. Ce CD bénéficie d’une remarquable présentation et d’excellentes adaptations françaises de Geneviève Brunel-Lobrichon. Une fois de plus, l’ensemble Alla Francesca a signé un CD tour à tour lyrique, animé, rythmé, mis en valeur par des voix et des coloris instrumentaux appropriés.

Béla BARTÓK : Concerto pour orchestre.  « Les clefs de l’orchestre ».

Béla BARTÓK : Concerto pour orchestre.  « Les clefs de l’orchestre ».  Présentation : Jean-François Zygel.  Orchestre philharmonique de Radio France, dir. Myung-Whun Chunh.  Réalisation : Philippe Béziat.  TT : 1h50.

Nouvelle production de Jean-François Zygel, merveilleux musicien-poète et communicateur qui aura inspiré tant de pédagogues.  Selon le nombre de mouvements, sa présentation de l’œuvre de Bartók comporte cinq chapitres. 1er mouvement : Introduzione e allegro vivace - Il était une fois… des personnages.  2e mouvement : Giuoco delle coppie - Des couples… et un militaire à l’église.  3e mouvement : Elegia -Bruissements de la nature… et sombre douleur.  4e mouvement : Intermezzo interrotto - Naïveté… amour et humour.  5e mouvement : Finale - Un mouvement perpétuel… avec des détours, des surprises et une fin.  En bonus : « À propos des Danses roumaines » et « Improvisation sur des thèmes du Concerto pour orchestre ». 

Sophie FORTE : J’suis vert.

Déjà populaire auprès des adultes, Sophie Forte s’est révélée – et ce, depuis son premier album Maman dit qu’il ne faut pas – une merveilleuse animatrice.  Pour ce nouvel album (10 titres), elle a écrit des textes d’une infinie délicatesse (où sont abordés les thèmes du divorce, de la religion, de l’adoption, de l’écologie…), sur des musiques et arrangements fort bien venus de son pianiste et complice Antoine Sahler.

Peter & Lupus, conte musical d’après Pierre et le Loup de Prokofiev.

Peter & Lupus, conte musical d’après Pierre et le Loup de Prokofiev.  Adaptation : Jérôme Bardeau.  Ensemble Pandémonium, direction & arrangements : François Jeanneau.  2CDs Victorie Music/Universal : 301 783-0.

Relecture jazzy du célèbre conte par le saxophoniste soprano François Jeanneau (qui longtemps dirigea l’Orchestre national de jazz), entouré de 12 musiciens et 3 comédiens-chanteurs, lesquels contrepointent le tout de plaisantes improvisations.  Amusant !

Malick DIA : Fuuta Blues.

Malick DIA : Fuuta Blues.  Ensemble Boolumbal (www.boolumbal.com).  Playasound (www.playasound.com) : PS 66413.  TT : 57’30.

Malick Dia est un chanteur et guitariste mauritanien, leader du groupe Boolumbal (Oiseau de bon augure dans la vallée du fleuve Sénégal).  À l’exception de Continent noir (pièce signée Nicolas Lebault, musicien arrangeur et producteur de ce disque), tous les titres ont été composés par Malick Dia.  Album qui nous ramène, avec bonheur, aux liens de filiation séculaires qui unissent les musiques traditionnelles d’Afrique de l’Ouest au blues, au folk et au jazz.

The best of Bill FRISELL, vol. 1 : Folk songs.  Nonesuch

The best of Bill FRISELL, vol. 1 : Folk songsNonesuch (www.nonesuch.com) : 7559-79863-3 .

Instantanément identifiable, de par la symbiose réussie de nombreuses sources d’inspiration (blues, jazz, folk, country, rock…), le compositeur et guitariste Bill Frisell (www.billfrisell.com) est en passe de devenir une légende.  Il s’agit ici de la première compilation rétrospective (15 titres) de ses enregistrements les plus populaires (22 disques enregistrés en 20 ans pour la seule firme Nonesuch).  Thèmes originaux, reprises de titres connus (I’m so lonesome I could cry, Wildwood flower) ou traditionnels (Sugar baby, Shenandoah, Sittin’on top of he world) forment ici un admirable bouquet.  Indispensable pour tout guitariste - serait-il exclusivement classique.

Gabriel DUPONT (1878-1914) : Intégrale de l’œuvre pour piano.

Gabriel DUPONT (1878-1914) : Intégrale de l’œuvre pour pianoÉmile Naoumoff, piano.  2CDs Saphir (www.saphirproductions.net) : LVC 1097.  TT : 57’31 + 45’19. 

Étonnant que ce soit, une nouvelle fois, un artiste étranger – ici le grand pianiste bulgare Émile Naoumoff – qui s’attache à la réhabilitation d’un compositeur français injustement oublié ! Gabriel Dupont, compositeur poète - à la santé fragile, qui le contraignit à s’exiler de la capitale –, s’est notamment épanché dans les deux grands cycles ici enregistrés que sont Les Heures dolentes (1905), 14 pièces brèves, et La Maison dans les dunes(1910), 10 pièces composées au grand air d’Arcachon.  Musiques intimistes et délicates, parfois poignantes, qui ne laissent pas d’évoquer un Séverac, voire un Debussy, et qui – espérons-le – permettront à nombre de nos solistes d’élargir des répertoires souvent confinés.

Edvard GRIEG (1843-1907)

Edvard GRIEG (1843-1907) : Pièces lyriques op.65, 68 et 71.  Impressions op.73.  Daniel Propper, piano.  Skarbo (www.skarbo.fr) : DSK 1086.  TT : 79’29.

Par le pianiste Daniel Propper - viennois d’origine, suédois de naissance et français d’adoption - voici, de Grieg, le dernier volume de l’intégrale des Pièces lyriques (8e, 9e et 10e cahiers), ainsi que les Impressions (1905), ultimes pièces pour le piano du compositeur norvégien.  Interprétations d’une grande simplicité, dans le parfait respect de l’esprit du folklore, sans les ordinaires préciosités dont on a cru, si longtemps, devoir adorner ce répertoire.