Imprimer
Catégorie : CDs&DVDs

Danza de la Vida, titre symbolique, se veut un hommage de Jürg Eichenberger à José BRAGATO (1915-2017), violoncelliste argentin né en Italie, compositeur, chef, arrangeur et archiviste, qu’il a rencontré lors d’une tournée en Amérique du Sud. Il l’a ensuite invité à Lucerne en 2005 et ils se sont retrouvés trois ans plus tard avec sa femme Graciela. L’ami des deux interprètes, à l’origine du projet, est mort peu avant l’enregistrement de sa musique.

Le programme comporte une page envoûtante de José BRAGATO : Graciela y Buenos-Aires (plage 8) et Adios Nonino (pl. 13) — œuvre composée en 1959 par A. Piazzolla en hommage à son père Vicente « Nonino » — arrangée pour violoncelle et piano, de même que Introduccion al Angel, Milonga del Angel, La muerte del Angel (pl. 1-3), Oblivion (pl. 9), La resurreccion del Angel (pl. 19), toutes des pièces à succès du fondateur du Nouveau Tango argentin. Cette réalisation se termine avec le Grand Tango (pl. 27) d’Astor PIAZZOLLA (1921-1992), incisif, déhanché et haut en couleurs.



Une large place est réservée à Érik SATIE (1866-1925) avec des arrangements (pour violoncelle et piano) de pièces de piano réalisés par Daniel Fuerte : Chapitre 1 (pl.

4-7), Chapitre 3 (pl. 10-12) — avec 3 Nocturnes —, Chapitre 2 (pl. 14-18) : Fâcheux Exemple et 4 Exercices ; Chapitre 4 (pl. 20-26) : Le Piège de Méduse avec plusieurs danses (Quadrilles, Valse, Mazurka…). Le titre « E. S. » commémore le 150e anniversaire de la naissance d’Érik SATIE.

Ce programme se présente donc comme un Hommage à José BRAGATO, argentin né en Italie, et un Jubilé du français Érik SATIE, interprété par un violoncelliste actif en Suisse et professeur à Lucerne, Jürg Eichenberger, et une pianiste japonaise, Eriko Kagawa, ayant étudié au Japon, puis à Dresde et à Winterthur (Suisse).

Le Duo Eichenberger-Kagawa — qui se produit régulièrement en Europe et au Japon, à la Radio et à la Télévision, et a enregistré de nombreux disques — : une formation helvético-japonaise à retenir.
Édith Weber