Imprimer
Catégorie : CDs&DVDs

Daniel Propper, suédois par sa mère, autrichien par son père et français d’adoption, poursuit une brillante carrière européenne de concertiste. Formé en Suède, à la Julliard School (New York) puis au CNSM (Paris), il est professeur au Conservatoire de Dourdan, organise des masterclasses même à Pékin et se produit aussi avec orchestre. Il compte déjà une abondante discographie à son actif. Ce coffret se veut d’abord une leçon d’histoire napoléonienne couronnée par le Prix 2012 de la Fondation Napoléon, évoquant 15 ans de Batailles et une période tourmentée de l’Histoire de France.

Les mélomanes pourront revivre la Grande Bataille d’Austerlitz (Bataille des « trois Empereurs », 1805) avec la cavalerie française, les roulements de tambour, la confrontation avec l’ennemi, les fusillades, la mêlée, les armées française et russe jusqu’à la victoire et la marche triomphale traduits avec réalisme par Louis Emmanuel JADIN (1768-1863).



Avec la Bataille d’Iéna (1806) — œuvre très développée —, c’est la victoire française sur les Prussiens, comprenant de nombreuses Marches, le discours de l’Empereur aux

soldats, la bataille, la retraite des Prussiens et leur départ, qui est mise en scène. Cette œuvre « fracassante » (charges, tambours, canons) est due à Jean-Frédéric-Auguste LE MIÈRE DE CORVEY (1771-1832), compositeur à découvrir.

La Grande Bataille de Waterloo (1815), dédiée au Prince d’Orange par Christian Friedrich RUPRE (1753-1826) avec la cavalerie française, des roulements de tambour, la charge… jusqu’à la fuite de Napoléon, décrite en force par le compositeur. Quelques pièces évoquent encore d’autres événements, par exemple l’Élégie harmonique sur la mort… du Prince Louis Ferdinand de Prusse (1772-1806), soldat et ami de Beethoven : la sonate en fa # mineur (op. 61) de Jan Ladislav DUSSEK (1760-1812), en deux mouvements : lento patetico, puis vivace (con fuoco).
La destruction de Moscou (1812), évoquée par Daniel STEIBELT (1765-1823) en 4 mouvements, fait entendre une marche sur la mélodie Malbrough s’en va-t-en guerre avec l’entrée de Napoléon à Moscou, l’incendie ; la mélodie God save the King, la Marseillaise et débouche sur la joie des vainqueurs. Les Grandes Variations sur la chute de Paris (1814) d’Ignace MOSCHELES (1794-1870) sont également magistralement restituées.
Tirant le meilleur parti des sonorités du Piano Steinway B, Daniel Propper s’impose autant par son énergie (batailles) que par son jeu perlé et percutant, son sens du rythme et son phrasé très étudié. Il a bien assimilé les intentions de ces six compositeurs contemporains de l’hégémonie napoléonienne ; il les rend avec force, émotion et recrée avec simplicité ces mémorables pages d’histoire. Imposante réalisation ; document pianistique et historique fort révélateur.
Édith Weber