Imprimer
Catégorie : CDs&DVDs

Gabriel FAURÉ : Requiem, op.48. Cantique de Jean Racine, op.11.  Sandrine Piau, soprano, Stéphane Degout, baryton.  Chœur Accentus, dir. Laurence Equilbey.  Naïve : V5137.  TT : 41'21.

Il était prévisible que Laurence Equilbey et Accentus abordent le Requiem de Fauré, une des pièces les plus emblématiques du répertoire choral - bien éloignée des Mozart, Brahms, sans parler de Verdi.  Fauré, qui disait avoir « voulu faire autre chose » y prend quelques libertés avec les textes liturgiques : omission du Dies iraedont n'est conservé que le Lux aeterna, modification de l'agencement des séquences, le Pie Jesu remplaçant le Benedictus.  On joue la version de 1873, pour formation de chambre sans violons.  Le sentiment d'intimité en sort renforcé, d'intériorité aussi. Comment ne pas s'arrêter sur ces instants magiques que sont l’Hostias, le Pie Jesu, la dernière partie du Lux aeterna, affirmation de vérité, et bien sûr le in Paradisium où l’art de la

modulation confine au sublime. L'interprétation, abordée dans des tempos retenus, est sereine, d'une douce ferveur, les rares éclats, en cohérence avec le dépouillement extrême de l'ensemble. Rarement cette « berceuse de la mort » n'a paru si recueillie. La merveilleuse écriture chorale fauréenne ne saurait avoir meilleur défenseur qu’Accentus.  Les deux solistes (élégiaque St.Degout, séraphique S.Piau) savent ne pas attirer l’attention plus qu’il faut. L’enregistrement, effectué à la basilique Sainte-Clotilde de Paris, dont le grand Cavaillé-Coll eut pour titulaire Franck et Tournemire, est d'une chaude résonance.