Imprimer
Catégorie : CDs&DVDs

Virgil Boutellis-Taft, violon, Guillaume Vincent, piano. 1CD ÉVIDENCE CLASSICS (www.evidenceclassics.com ): EVCD028. TT : 77’48.

Virgil Boutellis-Taft (violon) et Guillaume Vincent (piano) ont, à juste titre, intitulé ce disque Entre Orient & Occident. Il s’agit d’une Anthologie regroupant diverses identités orientales : arménienne, américaine d’origine iranienne, française d’origine perse, et occidentales : hongroise, tchèque et française. Certaines pages respirent ou réinventent le folklore. La couleur orientale émane notamment de Gdung (La Grue) de Vartabed Komitas (1869-1935) symbolisant l’exil et l’arrachement des Arméniens.
La musique française est représentée par le Poème d’Ernest Chausson (1855-1899), la Sonate pour violon et piano en sol mineur de Claude Debussy (1862-1918) — qui, lors de l’Exposition universelle de 1889, a découvert l’Extrême-Orient dont son langage musical s’est inspiré. Plus proches de nous, les Chants du Sud de Philippe Hersant (né en 1948) pour violon solo exploitent des chants du Bassin méditerranéen. À noter également l’œuvre de Tara Kamangar (américaine d’origine

iranienne, née en 1982) : Once there was and once there wasn’t, précisément dédiée au violoniste ; elle a également arrangé Caravane d’André Hossein (1905-1983). La musique tchèque est illustrée par la Sonate pour violon et piano en la b mineur de Leos Janacek (1854-1928) et la musique hongroise, par les incontournables Danses roumaines de Bela Bartok (1881-1945).
Le duo La Rose et le Réséda : Virgil Boutellis-Taft (violon) et Guillaume Vincent (piano), a acquis une réputation internationale. Le violoniste, Premier Prix du CNSM de Paris et Lauréat de la Fondation Bleuchstein-Blanchet, s’est perfectionné à l’Académie Franz Liszt de Budapest et au Royal College of Music de Londres. Le pianiste, qui a donné ses premiers concerts à l’âge de dix ans, est titulaire d’un Master de piano décerné par le CNSM de Paris ; sa carrière internationale force l’admiration.
D’entrée de jeu, ils s’imposent par leur écoute réciproque et la fulgurance de leurs traits dans The Crane dont ils ressentent parfaitement l’âpreté et recréent l’indicible émotion. Ils interprètent avec infiniment de sensibilité, de virtuosité, de justesse de tempo et de sonorités remarquables ce programme hors du commun qui représente un magnifique parcours totalisant un siècle « entre Orient et Occident ».
É.W