de la Sorbonne, par l’Orchestre de Paris-Sorbonne, avec le concours d’Arnaud Thorette (alto), tous placés sous la direction de Johan Farjot.  Elle fait la part belle aux sonorités si prenantes de l’alto dialoguant avec l’orchestre.  Il s’en dégage une atmosphère étrange et pleine de charme donnant libre cours aux sautes d’humeur.  Ph. Hersant s’est inspiré du recueil éponyme de pièces pour viole de gambe (1605) de Tobias Hume.  Contrastant avec Éphémères, cette œuvre est interprétée avec sensibilité et des accents très justes grâce à l’intelligence musicale de Johan Farjot qui sait transmettre à son orchestre les divers états d’âme.