Il a effectué ses études dans sa ville natale, ensuite au Conservatoire de Paris (piano avec P. Zimmermann, A. Fr. Marmontel et Ch.-V. Alkan ; composition avec F. Le Couppey), puis à Weimar avec Fr. Liszt. Il s'est alors imposé comme pianiste virtuose, pédagogue, concertiste international et compositeur. Après son séjour à Paris, il sera professeur de piano au Conservatoire de Moscou et, par la suite, occupera le même poste à celui de Bruxelles où il décède en 1902.

Sa Symphonie en Ré Majeur, d'esprit romantique et de structure classique (proche de J. Brahms) comprend 4 mouvements traditionnels : Allegro con spirito (selon la forme sonate), avec un premier motif exposé au cor et de nombreux figuralismes, puis un second aux bassons, altos et violoncelles : l'ensemble se déroule un poco pastorale ;  Andante molto cantabile (également de caractère pastoral, plus lyrique et plus lent) ; Scherzo presto (de forme répétitive A B A') comportant un important motif de tête et se terminant par une brève coda ; Finale, Allegro energico e resoluto (comme un Allegro de sonate) qui privilégie le rythme de marche. L'orchestration force sur les instruments à vent dans cette symphonie de caractère épique et lyrique, digne d'être découverte grâce à l'excellente prestation de l'Orchestre Symphonique Philharmonique des Carpates (Podkarpackiej), fondé en 1955, placé sous la  direction à la fois énergique et sensible de Piotr Wajrak. Le disque commence par l'Ouverture dramatique de « Guillaume le Taciturne » (op. 43) de Jozef Wieniawski, avec par moments des réminiscences wagnériennes. Voici une belle Défense et illustration de la musique symphonique polonaise.