Damien Top, dans son texte de présentation, rappelle que « représentant de la plus prestigieuse lignée de l'école russe de violon illustrée par Jascha Heifetz, Nathan Milstein et David Oistrakh », Albert Markov, né en Ukraine en 1933, formé en violon et composition dans plusieurs Conservatoires en Russie, a obtenu en 1959 une Médaille d'Or au Concours Reine-Élisabeth-de-Belgique.

 

Les violonistes Jean-Luc Richardoz et Patricia Reibaud lui rendent un vibrant hommage pour son 80e anniversaire et ont signé le premier enregistrement monographique consacré à son œuvre violonistique. Sont interprétées avec enthousiasme : ses Paganin-Ostinato : (24) Variations dans la forme des Caprices de Paganini ; sa Taiwanese Improvisation (à partir d'un thème populaire chinois) extraite de la Suite Formosa ; sa Sonate n°2 pour violon seul (2 mouvements) ; sa Duo Sonata pour deux violons (dédiée aux violonistes de sa famille), d'abord lyrique, puis énergique, reposant sur un thème de deux notes (La  et Mi) ; sa Sonate n°1 pour violon seul dont le premier mouvement, très expressif, est « suivi d'un mouvement perpétuel particulièrement brillant ». Trois œuvres ont été arrangées par Albert Markov : son Postlude (1982) est, en fait, un bis dans le « style jazzy » d'après les différents thèmes du Concerto (BWV 1042) de J. S. Bach ; Träumerei (Rêverie), extraite des Scènes d'enfants de Robert Schumann et Leyenda, extraite d'Asturias d'Isaac Albéniz, avec une technique inédite en pizzicati rappelant le jeu de la guitare.

Dans ce premier enregistrement mondial paru dans la Collection du Festival international Albert Roussel, Jean-Luc Richardoz se joue de tous les nombreux traquenards techniques, notamment dans les 24 Variations. À propos de cette monographie discographique, les deux interprètes ont formulé le souhait suivant: « Puisse-t-il enthousiasmer les mélomanes » : ce sera sans nul doute le cas des violonistes et discophiles curieux.