Hommage à Simone Féjard (1911-2012).   À  cette grande dame qui vient de nous quitter à l’âge de 101 ans, hommage solennel était rendu à Paris, le 31 mai 2012, en l’église Saint-Nicolas-des-Champs.  Merveilleuse compositrice – que sa légendaire modestie aura quelque peu desservie -, elle fut longtemps Chef de chant à l’Opéra de Paris, et enseigna également au Centre La Fontaine (Centre de préparation au professorat d’Éducation musicale).  Une foule d’artistes de l’Opéra qu’elle aura musicalement formés était venue participer à la cérémonie. Au cours de laquelle nous pûmes entendre : « Libera me » du Requiem de Fauré (par Vincent Le Texier), Ronsard à son âme de Ravel (par Jérôme Varnier), Laudate Pueri de Vivaldi (par Élisabeth Vidal), Ave Maria de Gounod (par Roberto Alagna), et par le chœur des solistes de l’Opéra : Complainte à la mémoire de François Villon de Simone Féjard et Ave Verum de Mozart.

 

Simone Féjard, Xavier Depraz (Classe d’Art lyrique)

 

 

BOEN n°22 du 31 mai 2012. « Poursuivre le développement des pratiques musicales collectives à l’école, au collège et au lycée » (Circulaire n°2012-083 du 9 mai 2012).  Où est notamment annoncée la création d’un Chœur de l’Éducation nationale, réunissant une quarantaine de professeurs-chanteurs expérimentés ; il sera dirigé par Didier Grojsman, fondateur du Créa (notre photo).

Consulter : www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=60252

 

Description : Macintosh HD:Users:fbcouste:Desktop:imgres.jpeg

©DR

 

 

« Chanson d’expression française, jazz & musiques actuelles »,  tel est l’intitulé du cursus de licence (sur 3 ans) qu’ouvre, en septembre 2012, l’Université de Bordeaux 3.  Renseignements : 06 81 96 35 11.  www.bordarts.com

 

 

 

« Radio : ouvrez grand vos oreilles ! »  Cette remarquable exposition sur « L’histoire de la radiodiffusion en France, des années 20 à nos jours » se poursuit, au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), jusqu’au 2 septembre 2012.   Sous le parrainage de José Artur, du Mouv’ et de France Culture.  Renseignements : 60, rue Réaumur, Paris IIIe.  Tél. : 01 53 01 82 00. http://radio.arts-et-metiers.net

 

    

 

 

Claude Debussy, le Saint-Germanois :  « Journée anniversaire », le mercredi 22 août 2012, en la maison natale du compositeur : Visite exceptionnelle de l’exposition / Récital de piano par Mûza Rubackyté / « Soufflons les 150 bougies… »  Renseignements : 38, rue au Pain, 78100 Saint-Germain-en-Laye.  Tél. : 01 30 87 20 63. 

www.saintgermainenlaye.fr/en/loisirs/culture/150e-anniversaire-claude-debussy

 

 

 

Le Palazzetto Bru Zane,  « Centre de musique romantique française »,  programme en 2012-2013 : 320 concerts dans 141 villes, 155 partenariats, 7 projets pédagogiques & 6 concours internationaux, 8 colloques, 20 chantiers biographiques de compositeurs & 12 chantiers thématiques, 2 livres, 35 coproductions discographiques.  Renseignements : San Polo 2368, I-30125 Venezia.  Tél. : +39 041 52 11 005.  www.bru-zane.com

 

 

 

 

« Musique en académies », le diaporama : www.canalacademie.com/ida7169-Musique-en-academies-notre-diaporama.html

 

 

Francis Cousté.

 

 

Marie-Thérèse MICHAUX-BESSON, organiste,  est décédée le 1er juin 2012 à l’âge de 84 ans.  Née à Paris en 1928, elle a remporté de nombreuses récompenses au Conservatoire de Paris (Orgue & improvisation, Esthétique musicale, entre autres) et travaillé avec Maurice Duruflé, Simone Plé-Caussade, Norbert Dufourcq, Roland-Manuel mais aussi Marie-Claire Alain et Gaston Litaize.  Soliste attitrée à l’ORTF, on a pu l’entendre souvent sur les ondes.  Très investie dans l’enseignement, elle a exercé diverses charges pédagogiques au sein de l’École César-Franck de 1971 à 1991, ainsi que dans diverses Académies ou stages. Elle a occupé la tribune de Notre-Dame d’Espérance à Paris.  Mais son nom reste surtout attaché à celle de Saint-Louis-en-l’Île, comme organiste de chœur, puis co-titulaire du grand orgue.  Elle était rompue au métier d’organiste liturgique, mais cette activité laissait, hélas ! quelque peu dans l’ombre une nature musicienne de qualité, excessivement modeste. Sa grande culture musicale, sa sensibilité aux problèmes de l’orgue, sa curiosité toujours en éveil, sa générosité pour encourager élèves et confrères étaient proverbiales.  Son regard d’une terrible lucidité était pourtant empreint de bonté.  Merci pour tout, Marie-Thérèse.

 

Saint-Louis-en-l’Île ©Aubertin

 

Georges Guillard.

 

***