Imprimer
Catégorie : Concerts

Vendredi 13 janvier 2017, Musée Dapper 75016 Paris, Micah McLaurin, pianiste.
Dans la belle salle du musée à l’acoustique propice à écouter du piano, ce jeune américain de 22 ans a choisi un récital des plus classiques. C’est un grand romantique à la technique très sûre ; il l’a prouvé dans La Méphisto Valse n°1 de Franz Liszt. Mais jouer des extraits des Goyescas de Enrique Granados, le nocturne n°13 et la fantaisie op. 49 de Chopin dégoulinant de mièvrerie était surprenant de la part de ce jeune pianiste, il nous ramenait à plus de vingt ans en arrière pour Chopin et une erreur de lecture de Granados. (Dumont à Gaveau deux jours plus tard a interprété Chopin avec sobriété, intelligence, limpidité, sans pathos). Le concert de McLaurin a été sauvé de justesse par une interprétation sobre et juste de la fantaisie op. 17 de Schumann mais son bis de rêverie, de ce même compositeur, avait l’allure d’un bonbon trop sucré. Espérons que ce ne sont que des erreurs de jeunesse et qu’il va rectifier le tir ! Il devrait lire les lettres de Chopin et de George Sand où les termes « de sensibilité gracieuse, tendresse et sérénité » cités dans ces textes, et qui marquent souvent les œuvres de ce grand compositeur, ne sont pas synonymes d’alanguissement, langueur, amollissement. C’est cette caricature de la féminité contre laquelle George Sand se révoltait. Bonne lecture cher Micah !