Imprimer
Catégorie : Concerts

Olivier Bouley aime rien tant que nous faire découvrir de jeunes talents. Il a ce désir de nous faire partager ses coups de cœurs. Lorsqu'il présente ses concerts au Couvent des Récollets, dans la série Les Pianissimes, il nous donne envie de le suivre dans ses choix. Ce 11 janvier, pour commencer l'année, c'est un duo de jeunes artistes qu'il nous a proposé.

 


DR

Le violoniste Aylen Pritchin a eu de grands professeurs à Moscou (Mintz, Puk, Sakharov, Gutman..), il a gagné de nombreux prix internationaux, il a tout pour faire une grande carrière. La pianiste Eloïse Bella Kohn a fait le CNSMD avec d'excellents enseignants (Béroff, Aimard, Désert, Le Sage…), elle  assiste à de nombreuses masterclasses et donne des concerts. Voilà deux musiciens en devenir. Ils aiment la musique de chambre et commencent à en faire ensemble. Ils ont ainsi interprété la 5éme sonate, « Le Printemps » de Beethoven et celle de Franck, deux des pièces les plus populaires du répertoire. Avec Beethoven, le printemps n'était pas de la fête. Si le son du violoniste est beau, rond, profond, parfait pour jouer cette sonate, celui de la pianiste est froid, violent – ah cette pédale qu'on met à tout va ! – brouillon ! Bref ils n'étaient pas à l'unisson, ils n'avaient sûrement pas répété suffisamment. Que c'est dur d'arriver à cette symbiose que demande la musique de chambre. Avec la Sonate en la majeur de Franck tout change : il y avait cet échange, cette écoute de l'autre. Ils nous ont offert une belle version et ont terminé en beauté l'Allegretto poco mosso. Pritchin avaot commencé le concert avec la 3éme partita pour violon BWV 1006 de JS Bach : il n'a sûrement pas écouté les leçons des baroqueux, la technique était là mais pas l'esprit. Bella Kohn aime Debussy, cela se sent, et elle a joué trois extraits du 1er livre des Préludes (« Les sons et les parfums tournent dans l'air du soir », « Les collines d'Anacapri » et « La fille aux cheveux de lin ») avec beaucoup de sentiments. Ces deux artistes sont bien sûr à suivre, le talent est là et leur duo est un « work in progress ». Ils vont sûrement nous offrir de belles choses dans un proche avenir. Merci à Olivier Bouley pour cette découverte aux Pianissimes.