Chacun des passages sur scène du chef finlandais, Esa-Pekka Salonen, laisse à l'auditeur français comme un immense regret…Regret de n'avoir pu attacher ce talentueux chef d'orchestre à une quelconque phalange française, pour constater son indéfectible fidélité au Philharmonia Orchestra, orchestre londonien dont il est le directeur artistique et chef principal depuis 2008.

Mais ne boudons pas notre plaisir et profitons de sa présence, simultanée en ce mois de décembre, à l'Opéra Garnier, à l'invitation de Stéphane Lissner, et au Théâtre des Champs-Elysées, avec son orchestre, pour ce concert au programme bien classique associant Beethoven et Brahms. L'Ouverture pour un Jour de fête, composée en 1814 en l'honneur de l'empereur François 1e d'Autriche, rarement jouée et de peu d'intérêt, évoluant sur un rythme martial, pièce qui aurait fait partie des esquisses pour l'Ode à la joie de la Neuvième Symphonie, se présentant plutôt comme un amuse bouche testant la bonne tenue de la phalange londonienne. Suivait ensuite le sempiternel Concerto pour violon de Brahms dont l'intérêt ne résidait pas tant dans l'interprétation musicalement impeccable, bien que sans surprise, de la jeune violoniste allemande Arabella Steinbacher, que dans l'accompagnement orchestral, aux accents dramatiques et particulièrement riches en nuances de l'orchestre, magnifiant le vibrant dialogue avec le violon. Mais le grand moment de la soirée restera, à n'en pas douter, la Symphonie n° 2 (1803) de Beethoven, elle aussi rarement donnée sur scène, que le chef finlandais dirigea de main de maitre. Une lecture claire d'une éloquence inouïe, dynamique, parfaitement équilibrée entre bois et cordes, une vision qui lorgne à l'évidence vers la Troisième Symphonie dite « Héroïque » qui lui est contemporaine, point de rupture avec la tradition classique à partir duquel le compositeur va désormais poursuivre son chemin vers des horizons encore inconnus qui le feront reconnaitre pour les siècles à venir comme le maitre absolu de la symphonie romantique. Une magnifique soirée !