Le cortège des fourmis pour saxophone alto et piano

Francis COITEUX : Le cortège des fourmis pour saxophone alto et piano. Préparatoire. Lafitan : P.L.2404.

 

Nos petites fourmis sont bien espiègles ! Leur marche, d’abord tranquille va s’accélérant.

Mon premier saxo pour saxophone alto et piano

Fabrice LUCATO : Mon premier saxo pour saxophone alto et piano. Débutant. Lafitan : P.L.2361.

 

Voici une bien agréable manière de débuter le saxophone. De forme ABA,

 Calypso sax

Rémi MAUPETIT : Calypso sax  pour saxophone alto & piano. Élémentaire.  Lafitan : P.L.2251.

Un vrai rythme de calypso, pas si facile que ça à « attraper », voilà ce que propose l’auteur dans cette pièce qui demande une aisance rythmique certaine. Une interprétation métronomique ne suffirait pas à mettre en valeur le caractère antillais de cette danse caractéristique.

L’hippopotame Gaétan

Claude-Henry JOUBERT : L’hippopotame Gaétan  pour saxophone alto avec accompagnement de piano (transcription de la version flûte/piano, 1997. Lafitan P.L.0204). Préparatoire.  Lafitan : P.L.2164.

Après une gavotte, notre hippopotame enchaîne avec une valse suivie d’un tango pour terminer par une polka. De quoi réjouir le sultan, comme le suggère l’auteur. Espérons que l’interprète ne jouera pas cela de façon trop « sage » : les indications de l’auteur invitent à un humour certain. On retiendra notamment l’indication, dans le tango, « molto gomino »… mais il faudra certainement expliquer à l’élève ce qu’est la gomina…     

Sax aux deux épices

Marcel CHAPUIS : Sax aux deux épices  pour saxophone alto & piano. Élémentaire. Lafitan : P.L.2199.

Coïncidence : ce sax aux épices commence quasiment comme la douceur matinale ci-dessus. Bien sûr, la ressemblance s’arrête là. Deux parties se développent autour d’une cadence qui permettra de mettre en valeur les qualités techniques et mélodiques du jeune interprète.

Douceur matinale

Benoît BARRAIL : Douceur matinale  pour saxophone alto & piano. Préparatoire.  Lafitan : P.L.2227.

Voici une charmante petite pièce d’un compositeur gersois résidant dans l’Essonne par la grâce de l’Éducation nationale… Cette douceur matinaleporte bien son nom. Il faudra beaucoup de délicatesse pour faire chanter cette mélodie comme elle le mérite.

 

Retards.

Lionel ROKITA : Retards.  Saxophone soprano (ou ténor) et piano. Combre : C06740.

Il s’agit d’une œuvre difficile, puisqu’elle a été imposée au concours de Saxophone parisien (3e édition).  Alliant parties rhapsodiques et mouvements plus rythmés, sans oublier cadence et passage lyrique, elle fait appel à toutes les qualités de l’interprète, sens de la phrase et de la belle sonorité, virtuosité, précision rythmique. Et tout cela, pour de la belle musique !

Milda melodio

Nicolas VIEL : Milda melodio  pour clarinette en sib et piano. Delatour : DLT 1901.

Cette pièce assez facile déroule une jolie mélodie sur un accompagnement discret du piano sauf dans la partie « sotto voce » où le chant passe pour quatre mesures au piano. Le tout est fort agréable. Il est appréciable que la clarinette soit écrite en notes réelles au dessus de la portée du piano…

Bernard de VIENNE : Blog.

Bernard de VIENNE : Blog.  Saxophone alto. Dhalmann : FD0297.

Ce Blog constitue une sorte de rhapsodie que l’interprète devra s’approprier pour en faire un véritable discours personnel. De style très lyrique, il fait appel aux techniques modernes de l’instrument mais reste néanmoins abordable pour des élèves de niveau moyen à difficile.

Raaf HEKKEMA (1968) : Suite

Raaf HEKKEMA (1968) : Suite  pour saxophone alto (ou autres saxophones) seul.  Schott (www.schott-music.com) : ED 20972.   23,1 x 30,3 cm, 12 p.  12,99 €.

 

Originellement écrite pour le basson (1992), cette suite a été ici transcrite par le compositeur lui-même (2009).  S’inspirant des Suites à la française de Bach, l’œuvre se divise en Prélude, Allemande, Courante, Sarabande, Menuet et Gigue.  Pour instrumentistes aguerris.