Cette pièce est bien écrite pour un seul instrumentiste. Toutes les techniques contemporaines sont ici utilisées à plein, notamment la possibilité des sons multiples obtenus avec une seule main tandis que l'autre joue le Tam. La bande son (enregistrée sur CD rom) assure les liens et relaye les deux instruments. L'œuvre a été inspirée par l'art pariétal, d'où son nom. C'est à découvrir pour ses sonorités inouïes au sens littéral du terme.