Cette transcription a été faite soigneusement et avec beaucoup de goût et permettra aux violoncellistes d’élargir leur répertoire aux célèbres Danse slaves de Dvořák. Cette transcription se justifie d’autant mieux que Dvořák lui-même avait transcrit la danse n° 8 en 1891. Jiři Gemrot n’a donc fait que poursuivre le travail. Dans ce volume, c’est d’ailleurs la version originale de la danse 8 qui est présentée ici. Pour les autres danses, et en vue d’une fidélité plus grande aux sonorités voulues par l’auteur, Gemrot a basé ses arrangements sur la partition orchestrale du compositeur.
Daniel Blackstone
© L'ÉDUCATION MUSICALE 2019