pour violon et piano. Supérieur. P.L.2354. Effectivement, ce n’est pas une œuvre techniquement facile. Aux interprètes de mettre en valeur ce discours « rocambolesque » du violon, souligné par les réponses du piano. Il leur faudra faire preuve d’une grande écoute mutuelle pour donner à cette œuvre tout son charme et toute son apparente désinvolture. Il s’agit donc d’un vrai travail de musique de chambre.