Imprimer
Catégorie : Trompette

Les pianistes ne pourront pas ne pas penser à un certain « Cavalier sauvage » de R. Schumann, également écrit à 6/8… Mais notre vaillant cavalier ne manque pas d'originalité et il est vrai que la séquence noire/croche évoque bien le galop du cheval ! Vaillant, le trompettiste devra l'être jusqu'au bout. Quant au pianiste, il lui faudra galoper de concert, même si sa partition n'est pas très difficile dans un sol mineur (avec escapade en ré mineur dans le passage médian) sans équivoque. Bref, les deux interprètes devraient prendre beaucoup de plaisir à cette chevauchée même si la partition ne dit pas qui est le cheval et qui est le cavalier…