Xavier EECKELOOT : Le banc vert  pour clarinette en sib et piano. Débutant. Lafitan : P.L.

Pourquoi un banc vert ? Mais après tout, pourquoi pas ? Cette pièce ne manque ni de charme ni de caractère. D’un bout à l’autre du morceau, la main gauche du piano fait entendre un rythme lancinant qui ponctue un discours polyphonique de très bonne facture. Voilà en tout cas de la fort bonne musique.