Ce disque reprend le titre de la pièce Terra aria de Giovanni Sollima, compositeur et violoncelliste italien né à Palerme en 1962. Après avoir été initié par son père au violoncelle et à la composition, il fréquente le Conservatoire de Palerme, poursuit ses études à la Musikhochschule de Stuttgart auprès de Milko Kelemen et au Mozarteum de Salzbourg. Il a subi l’influence du jazz, du rock et des traditions ethniques du bassin méditerranéen. Sa musique se réclame du minimalisme, il fait aussi appel aux mélodies modales et aux structures répétitives.



Au programme figurent, entre autres, sa brève Lamentatio (Intro), sa Lamentatio, plus développée, sa Mort de Didon (Dido’s Death), arrangée par Nicolas Lambert d’après Dido and Aeneas de Henry Purcell (1659-1695) sur le texte de Nahum Tate (1652-1715), chantée Soraya Berent selon la mode interprétative actuelle, soutenue par quelques instruments, vraiment aux antipodes de l’émotion suscitée par l’Opéra de Purcell dans cet Air particulièrement émouvant et si prenant. L’atmosphère de blues se dégage de la pièce la plus élaborée : Mapi blues de Joël Musy (né à Lausanne en 1968), musicien de jazz professionnel, auteur de La Charmeuse de serpent. Figurent en

outre Pas à pas de Nicolas Lambert et une adaptation chantée de la Sérénade helléniste d’après Franz Schubert.

Réalisés avec le concours de Soraya Berent (chant), Francesco Bartoletti (violoncelle), Joël Musy (saxophone, serpent, tuba) et Nicolas Lambert (guitare), ces témoignages de musique inspirée s’ajoutent au catalogue du Label VDE GALLO qui, dans sa production, a le mérite de miser sur la diversité et l’originalité.