Triton (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : TRI 331170.  Intégral Distribution.  TT : 57’48.

Pour sa « version renouvelée » (2010) des Éphémères (1999-2003), Alice Ader a retenu un piano Petrov (prise de son : A. Thiébault).  Ce cycle de 24 pièces très brèves aux titres descriptifs, représente « une sorte de journal de voyage, avec des souvenirs de musique traditionnelle japonaise, d’une chanson polyphonique espagnole ou encore d’un Prélude de Debussy… ».  Sa solide technique permet à l’interprète de réaliser pleinement son objectif : le « respect quasi obsessionnel du texte ». Le deuxième volet de ce disque : Musical humors (2003, pour alto & orchestre à cordes) a été enregistré, en première mondiale, lors d’une répétition au Grand Amphithéâtre

de la Sorbonne, par l’Orchestre de Paris-Sorbonne, avec le concours d’Arnaud Thorette (alto), tous placés sous la direction de Johan Farjot.  Elle fait la part belle aux sonorités si prenantes de l’alto dialoguant avec l’orchestre.  Il s’en dégage une atmosphère étrange et pleine de charme donnant libre cours aux sautes d’humeur.  Ph. Hersant s’est inspiré du recueil éponyme de pièces pour viole de gambe (1605) de Tobias Hume.  Contrastant avec Éphémères, cette œuvre est interprétée avec sensibilité et des accents très justes grâce à l’intelligence musicale de Johan Farjot qui sait transmettre à son orchestre les divers états d’âme.