Le Quintexte, groupe composé de quatre musiciens et un comédien (en fait deux récitants différents), se situant à la lisière entre musique et théâtre, « s'adonne à la mise en scène de bijoux [à chacun de juger…] de la littérature française et romande ». Les textes sont lus ou déclamés sur fond musical, rythmique et percutant (batterie), parfois introduits par des cuivres, notamment trompette, bugle, euphonium, mais aussi saxophones, clarinette et guitare.

 

Au programme : neuf titres très évocateurs. Amours paysannes de l'écrivain et poète suisse Charles Ferdinand Ramuz (1878-1947) qui fait la part belle au cornet à pistons, à la fois souvenir et description, dialogue entre elle et lui. Escaliers pour l'échafaud de Romain Gary, s'apparentant à un récit et à des souvenirs, bénéficie d'une introduction instrumentale haute en couleurs, avec une conclusion réaliste : « J'ai fermé les yeux, et j'ai fait des exercices pour mourir… » et une critique de la vie. La Maldiction de Georges Pérec (1969), comparée à un « mal blanc s'attaquant aux cordons vocaux [sic] », est aussi un rappel du passé. La Jument (1973) de l'auteur suisse S. Corinna Bille (1912-1979) concerne le cadeau d'une jument blanche ; et la pièce du même auteur décrit Les Petits Faunes et un pin qui berçaient une jeune fille. Grand-mère songe à Venise (Vahé Godel, 1969) évoque, sur un ton mystérieux, une grand-mère déracinée, l'atmosphère est créée notamment par le bugle. Noces d'Albert Camus, texte particulièrement descriptif, traduit « l'heureuse lassitude d'un jour de noces avec le monde ». Ariane d'Albert Cohen, très suggestif, concerne le « regard chien » : « Oh le regard chien quand il commence à être chien quand il me regarde sérieux soucieux chien myope avec des intentions enfin quand il veut se servir de moi affreux ce qui est drôle c'est qu'il éternue quand ça lui vient… » et se termine sur une allusion aux ministres qui font des discours à la Société des Nations… Une bouffonnerie sans pareille. Genèse de Julien Lambert met en scène Dieu et sa création : revue d'animaux, homme qui s'autoclone… Finalement, Il soupire et pense à l'éternité. Réalisation (2014) pour le moins originale des Disques VDE-GALLO, non dénuée d'imagination débordante, mais dont l'intérêt réside dans le traitement instrumental associé à la parole.