Jean-Christophe Aurnague, né en 1961 à Bayonne, a été le brillant élève notamment d'Ermend Bonnal et, plus tard, de Xavier Darasse. En 1986, il est titulaire des Grandes-Orgues de l'Église royale de Saint-Jean-de-Luz et, 10 ans après, de l'Église du Sacré-Cœur à Monaco où il participe aussi à de nombreuses célébrations. À temps perdu, il compose pour son instrument. Ces deux disques ont été enregistrés en 2014 et 2015 à l'Orgue Tamburini (1979) de l'Église St Charles de Monaco.

 

Le CD 1 est intitulé : Impressions romanesques d'Ilbarritz. Il s'agit de Pièces de concert pour grand-orgue évoquant la « lumière jaillie du granit », les « litanies de la mer » et une « rhapsodie labourdine » (cet adjectif en dialecte basque se rapporte à la région de St-Jean-de-Luz), ainsi que des Chants spirituels (Kantu izpiritualak) s'inspirant du folklore et des traditions locales. Ses Impressions romanesques (CD 1 : plages 1-3 ; CD 2 : pl. 2-4) sont descriptives : d'une part, elles restituent musicalement la lumière, la mer, les déferlantes des océans et des cieux ; d'autre part, elles rappellent des Légendes de Biarritz (CD 2 : pl. 3) et Ilbarritz Toccata (CD 2 : pl. 4). Quant aux Chants spirituels (Kantu izpiritualak), ils sont intitulés : Méditation sur le cantique basque « Zato, Izpiritua » (CD 1 : pl. 4), en perpétuel mouvement. Cette même inspiration se retrouve dans la Toccata sur un cantique basque à N.D. de Roncevaux (CD 1 : pl. 5), de facture plus classique, massive, avec des oppositions de claviers et de nuances ; Hor Zaude, Jesus (Tu es là, Seigneur Jésus), très élaboré,  s'élevant lentement des profondeurs, oscillant entre discrétion et brillance pour aboutir à une conclusion énergique (CD 1 : pl. 6) ; ainsi qu'un Choral, Variations et Toccata sur un Chant basque de la Messe des morts (CD 2 : pl. 1 ; 21' 06), de caractère massif, bien enlevé (nécessitant une virtuosité à toute épreuve) ou évocateur, avec des registrations et peintures d'atmosphère très diversifiées.

Les Éditions DELATOUR FRANCE ont le mérite non seulement de publier les partitions de Jean-Christophe Aurnague, mais encore de les enregistrer. À noter également la présentation originale si bien ciblée par Jean-Claude Thévenon de ce coffret hors du commun, qui se veut aussi un In memoriam au regretté Chanoine Henri Carol (1910-1984), organiste et maître de chapelle émérite de la Cathédrale de Monaco. Jean-Christophe Aurnague s'impose à la fois comme remarquable organiste et ardent défenseur de la musique d'inspiration basque.