Mario Hacquard, baryton. Lorène de Ratuld, piano 1CD HYBRID’MUSIC (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.) : H1833. TT : 48’ 29.

Mario Hacquard (baryton) est aussi bien spécialiste du chant grégorien, des Oratorios de Monteverdi, Bach, Dvorak, entre autres, que des Lieder allemands et des Mélodies françaises ou de la musique vocale russe. Son répertoire s’étend du XVIe au XXIe siècle.

Il se produit sur de nombreuses scènes internationales, est également acteur (cinéma, clips, télévision). Il collabore merveilleusement avec Lorène de Ratuld, pianiste spécialisée notamment dans l’accompagnement vocal. Le présent enregistrement, avec 20 Lieder de Johannes Brahms, est introduit par une berceuse Lullaby, clin d’œil d’une boîte à musique annonçant l’incontournable chant du soir Wiegenlied (berceuse), op. 49, n°4 (plage 21) qui posera un point d’orgue à la fois discret et mystérieux sur ces miniatures reflétant le déroulement de son existence, avec ses nombreuses réactions et situations psychologiques. L’amour y tient une large place, par exemple : Treue Liebe, op. 7 (pl.10), Der Gang zum Liebchen(Le chemin vers la bien-aimée), op. 48 (pl.15), Mädchenlied (Chant de la jeune fille), op. 107 (pl.11) ou encore Botschaft (Message), op.47 (pl.2). À noter le Vergebliches Ständchen (Sérénade vaine), op. 84 (pl.6), se présentant comme un dialogue entre « lui » et « elle », d’abord assez dramatique. L’autre Ständchen, op. 106 (pl.9) est de caractère plus lyrique et descriptif (lune, montagne, fontaine), puis évoque le silence et le chant de trois étudiants, avec flûte, violon et cythare, jusqu’au murmure : « Ne m’oubliez pas ». Il n’est pas possible de détailler les 20 Lieder parmi lesquels figurent également An den Mond(À la lune), Auf dem Kirchhofe(Le cimetière), Therese (pl. 4), lied interrogatif dont l’interprétation est encore rehaussée par la sonorité exceptionnelle du piano Steinway, Salamandre (pl.5), remarquable par son expression dramatique, entre autres. Lorène de Ratuld intervient, en soliste, avec la 2e Rhapsodie, op. 79 (pl.13), œuvre de la maturité, en trois mouvements : rapide-lent-rapide, dans laquelle elle fait preuve d’une technique éblouissante, d’un solide sens du rythme et de la dynamique. Par ailleurs, elle soutient le chanteur jusque dans les moindres détails. Quant à Mario Hacquard, il a le don de ressentir et d’assimiler toutes les nuances sémantiques et émotionnelles voulues par Brahms, et de s’investir pleinement dans ces partitions romantiques. À l’initiative du Label Hybrid’Music : voici un disque de référence pour les chanteurs et amateurs de Lieder.